mardi 27 septembre 2011

La dernière étape, O Pedrouso - Santiago,27/09/2011.

Le tout dernier rapport d'étape: O Pedouso - Santiago, 19 kms, 5H...
... 5h30, le dernier départ...à nouveau séance frontale...immédiatement de beaux messages... et une immense volonté d'arriver vite...
... curieusement dans la nuit, je retrouve Roger, le canadien, celui qui m'avait mis dans le "rouge" voici 15 jours...je le suis...les " premières heures nous "avalons" 12 kms...le reste, c'est du faubourg, de la banlieue, du péri urbain, ...
... 10H25, la cathédrale... on inspire fort, on souffle fort...sinon, on pleure ce qui est le cas de beaucoup...
... tiens Alain, le professeur d'université, le voici ému au point de devoir s'asseoir pour "récupérer"...
... en fait peu de monde, nous sommes parmi les premiers, la cathédrale, ... un guide m'amène au tombeau de l'apôtre, puis je vais lui frapper l'épaule ( à l'apôtre)  en pensant "t'aurais pu me faciliter la tâche", il ne répond pas mais 2 handicapés en fauteuil roulant apparaissent à mon regard... décidément il a réponse à tout... faut pas oublier qu'il a été décapité car portant des idées nouvelles... enfin tout cela me dépasse un peu,...
... je pars chercher ma compostella que l'on me délivre en latin, je découvre que Pierre en latin c'est PETRUM...je reviens à la cathédrale...je vais à la gare chercher mon billet pour jeudi...En fait, jeudi, l'Espagne est en grève dans de nombreux secteurs, donc départ dés demain, dans les rues de Santiago, une grande manifestation contre les baisses de salaires des enseignants se déroule... le monde réel reprend ses droits...
... à nouveau la cathédrale, des paroles au nom de ceux qui m'ont demandé de prier pour eux ou pour d'autres éléments...
... et toujours la Cathédrale que finalement je quitte tard...tandis que des groupes sont toujours là...
... désormais, place au silence...

La toute dernière image de Santiago...

Les dernières images de la place de la Cathédrale de Santiago, mardi 27/09/2011...






Santiago, place de la cathédrale, ce soir, mardi 27 septembre 2011...

lundi 26 septembre 2011

Merci aux énergies du Chemin, 26/09/2011.

Merci pour avoir cheminé avec moi 43 jours...
... Je n'ai jamais imaginé recevoir autant de messages d'encouragements, e-mails, SMS, téléphone,
... je n'ai jamais imaginé que vous puissiez libérer du temps de votre vie quotidienne pour me retrouver sur ce chemin...
... je n'ai jamais pensé que vous puissiez vous intéresser à cette démarche...
... vous m'avez insufflé une énergie immense, à deux reprises "j'ai frolé la correctionnelle" vous m'avez conseillé, je n'ai pas toujours écouté, mais j'ai entendu...
... vous me permettrez de dire que vous êtes immensémment différents les uns des autres, porteurs de philosophies ou croyances différentes, de spiritualités différentes, permettez moi de penser que je vous connais un peu...
... et pourtant, vous avez tous poussé dans le même sens, et au fil des jours, ce n'est plus moi qui marchais, c'était vous, je devenais votre témoin... je n'avais plus le droit de cesser l'effort... vous étiez sur ce chemin magique...
... 43 jours de complicité...
... et vous étiez symboles d'un monde multi culturel et fraternel, ...un monde qui transcende les errements de l'actualité quotidienne...
... et vous étiez symboles d'une profonde amitié...
... dans la nuit du matin, au lever du jour, sachez que vos messages étaient des étoiles qui s'allumaient dans le ciel...
... qu'une étoile de la nuit soit dédiée à chacun d'entre vous!
... sur le chemin, finalement, j'étais porté par 7 sources d'énergie autres que la mienne, d'abord  la vôtre, puis celle insufflée par le chemin, celle induite par les étoiles de la nuit, par mon guide blanc  de la nuit, la lune, celle induite par mon complice soleil, celle liée au grand initié, le christ, à travers la croix, ...
... la septième source, ma femme, Brigitte, qui m'a immensément soutenu au cours des 43 jours... elle est source première... je l'en remercie profondément... avec amour...
... maintenant c'est à moi de vous retourner l'énergie insufflée, je m'y engage!
... enfin, un immense merci à ce beau pays qu'est l'Espagne et à tous ceux qui la représentent à travers des métiers difficiles, exigents et mal rétribués...
... je l'ai souvent écrit, mais ce chemin transcende toutes les spiritualités, il les dépasse , il les concilie...
...

Vous voici à SANTIAGO, mardi 27/09/2011...

... Vous voici à Santiago, ce mardi 27 septembre 2011...
... ainsi, il vous a fallu 43 jours, 9 en France, 34 en Espagne, pour atteindre le champ de l'étoile, le champ des morts, aprés avoir quitté votre propre champ, pour devenir pèlerin d'el camino francès...
... plus de 1030 kms, 253 entre Gradignan et Saint Jean Pied de Port, 777 kms entre Saint Jean Pied de Port et Santiago, sur ce même camino francès,
... et vous voici face à la cathédrale,
... vous pensiez être seuls...
... et pourtant, les pèlerins arrivent de partout,
... d'el camino inglès, d'el camino del norte, d'el camino primitivo, de la via de la plata, d'el camino portugués, de la ruta del mar de arousa y rio ulla, d'el camino de Fisterra - Muxia...
... vous pensiez connaître tous les mystères du chemin...
... vous avez oublié les autres nervures de la coquille?...
... vous pensiez vous être approprié el camino, vous pensiez être seul, et vous découvrez que d'autres par des chemins différents arrivent au même point, le centre, le coeur. Vous pensiez pouvoir en éprouver une fierté, et vous voilà, au terme du chemin, rendu encore plus anonyme... encore plus humble... décidément...
... mais n'est ce pas le symbole de la coquille? vous évoluez sur une nervure pour aller au coeur, mais pourquoi oublieriez vous ceux qui cheminent sur les autres stries ?
... ils sont là, prés de vous, aussi étonnés et interpellés...
... alors, vous avez marché pour rien? Non car la joie del camino francés se retrouve sur les autres chemins...mais quelle  nouvelle leçon d'humilité... rangez votre fierté... regardez ces foules qui ont choisi un autre chemin...
... vous avez pensé que vous deveniez "unique"... oui vous l'êtes, mais avec ...les autres...
... et souriez avec eux, serrez les mains, envoyez des regards, mettez en vie toutes les lumières allumées au cours du voyage...
... les autres, l'autre, l'incontournable...
... poussière, poussière d'étoiles! ne suis je donc que cela?...condamné comme Sysiphe à perpétuellement remonter la pierre au sommet de la rampe?...
... que me reste t-il alors pour sortir de l'anonymat du non sens?...
...il vous reste les derniers moments forts du jour, de la Cruz del Ferro al Monte del Gozo...et au portail de la joie...
... il vous reste "une prise de terre et de ciel"...
... aprés la piedra de Thomas, el Monte de Gozo, le mont de la Joie, "l'horizon offre la vision du but si longtemps désiré"... le pèlerin jette en l'air ses bâtons en signe de joie...il aperçoit Santiago, la Cathédrale n'est plus qu'à 5 kms...
... au bout du chemin, le portail de la gloire.... vous avez été accueilli par l'apôtre lui même, autour de lui, le Christ, les évangélistes, les 24 vieillards de l'Apocalypse, les anges porteurs des symboles de la passion...
... au bout du chemin, les doigts qui creusent un peu plus la pierre marquée par l'empreinte de milliers, de millions de mains de pèlerins...
... c'est tout cela... qu'il reste,
... avec l'essentiel, tout ce que vous avez "construit" et  "récolté" sur le chemin.
... quel chemin...quels chemins...!
... nous reviendrons sur le chemin, les chemins...de Compostelle...
... vous reviendrez sur le chemin...
... vous viendrez sur le chemin...

Etape ARZUA-O PEDROUSO-RUA, lundi 26 septembre.

...Etape ARZUA - O PEDROUSO -RUA: 20kms, 5H30,temps agréable...
...6H, départ,
... sur le chemin, une jeune éthiopienne me demande si je n'aurais pas un produit  contre les allergies  induites par les punaises de lit, son bras est piqué en plusieurs endroits, il est gonflé et cela lui fait mal... je me sens impuissant...
... séance "frontale" pendant 1H45... je choisis la mauvaise voie à une patte d'oie, je marche inutilement une quinzaine de minutes, je me rends compte de l'erreur... retour arrière...
... avec le lever du jour, je photographie l'horizon, il est merveilleux en ce lundi: il offre une variété de teintes de couleurs toutes aussi belles les unes que les autres... le guide blanc est là, discret, n'offrant qu'une partie infime de sa puissance...
... le soleil...les forets d'eucalyptus...
... tiens, le trio "bordelais" rencontré à Burgos, l'un d'entre eux se plaint d'ampoules et accuse ses chaussures, la jeune écossaise et sa tendinite, un jeune brésilien... des bouts de chemin...des bouts de phrase...des moments privilégiés...
... le chemin traverse la route nationale, un taxi s'arrète, un couple en descend et se met à marcher sur le chemin, un sac à dos bien léger sur les épaules...
... plus loin, une dame obèse se bat avec elle même pour ordonner ses pas, elle semble avoir bien du mérite...
... avec le jour, les VTT arrivent et parfois, avec inconscience, prennent des risques inconsidérés: ils mettent les marcheurs en danger, je pense qu'il doit souvent  y avoir des accidents...
... et puis de beaux SMS, pleins d'encouragements pour les 2 dernières étapes...
... j'avance apaisé, à mon rythme de "sénateur", je vois défiler les bornes, une à une...
... à la borne 19, je m'arrete, je finirai demain, inutile de mettre à l'épreuve le corps...
... autant l'étape de hier m'est apparue difficile et stressante, autant celle d'aujourd'hui est paisible,
... 11H30, 5H30 de marche, le reste de la journée pour se reposer, laver le linge, ...se faire à l'idée que demain c'est fini... que deviendrai je sans mes guides ?...
..."c'est l'arrivée d'un chemin. Puis le départ pour une nouvelle route et dans cette nouvelle direction tu ne seras plus seul."
... et pendant ce temps, le monde "réel" travaille et produit du PNB...
... privilège que d'être sur le chemin...

dimanche 25 septembre 2011

Nouveaux témoignages-5

Nouveaux témoignages -5
... "« L'important est le voyage, pas la destination ... Un voyage au bout du spirituel, au bout de soi-même, un chemin opératif entre le maçon et le charpentier. »"

..."Bonjour Pierre
Je rentre de mes 15 jours de vacances qui n'ont rien avoir avec les 15 jours que tu viens de passer !!!!!
Mais c'est sûr nous le ferons ce chemin avec jp
bien qu'il soit très éprouvant mais à deux je pense que ce sera plus facile.
Tu es vraiment très courageux même si toutes tes réflexions et remarques prouvent que c'est un bénéfice évident dans la balance de ta vie ....Sur la photo du 24 septembre tu sembles assez éprouvé et amaigri. Protèges toi quand même !!! Tu n'es pas obligé de faire pénitence !! non je rigole
C'est un réel plaisir en tout cas de te lire jour après jour. Là j'ai 15 jours de retard et de la bonne lecture en perspective même si je suis loin de tes réflexions religieuses !!!!!
Bon courage Pierre et bravo pour ce centième kilomètre !!! "

... "Les derniers cent kilomètres sont souvent une lente immersion dans le monde réel comme disent les politiques, des cars entiers de touristes qui se précipitent sur les dix derniers kilomètres pour se sentir pèlerins pendant quelques heures et se pavaner ensuite à Santiago aux terrasses des bars...
Combien de fois je les ai maudits ces intrus bruyants et bavards, et puis j'ai pris le temps de discuter avec quelques uns.
Au bord du chemin je vois une dame en surcharge pondérale évidente suante et soufflante comme un cétacé hors de l'eau assise près de son mari, je m'informe de de ses difficultés, souriante malgré tout, elle me dit qu'ils sont Dominicains elle s’excuse presque d'être sur le chemin mais avant de retourner dans son pays elle voulait absolument faire quelques pas sur ce chemin dont le monde entier parle et ainsi emporter dans son esprit une parcelle du sentier magique.
Belle leçon de tolérance pour moi, un peu d'humilité aussi, moi le baroudeur mal rasé avais-je le droit de juger ceux qui osaient encombrer "MON CHEMIN" "

... "11 septembre 2001, ou étiez-vous?
Sempiternelle question posée par tous les médias jusqu'à la nausée.
Et bien nous monsieur nous étions mon épouse et moi sur le chemin de Santiago, quelque part en France entre Conques et ...
Sous un chaud soleil nous traversions de petits villages assoupis en Aveyron au moment de l'écrasement du premier avion, aucun signe extérieur nous indiquant le drame, peut-être un étrange silence du serveur à la terrasse d'un bar au hasard de nos haltes mais rien de plus. C'est le soir qu'au hasard d'un achat dans une petite épicerie que je saisie quelques bribes de conversation, j'en concluai qu'il y avait eu un grave accident d'avion à New-york. Ce n'est qu'à 22h que je compris enfin l'étendue du drame par la voix de mon fils qui semblait paniqué et me repprocha mon inconscience en me déclarant gravement "mais papa tu ne te rends pas compte,c'est la guerre" je ne pus m'empêcher de lui répondre "mais contre qui?
C'est là que je compris dans quel état d'hébétude les spectateurs du drame étaient plongés depuis douze heures.
Etrangement des pèlerins rencontrés le lendemain aucun ne fit un quelconque commentaire sur l'étendue de l'attentat, seules des prières furent consacrées aux victimes, aucune colère, aucun jugement sur qui que ce soit.
J'ai donc vécu ce 11 septembre comme hors du temps avec une lucidité et un recul très salutaire grâce au chemin."
..."Sacré soleil, il semble ne t'indiquer qu'une direction ton étape finale, et toi naïf chaque matin tu es persuadé que tu vas gagner la course, il est derrière toi, il te nargue, petite pause à midi, sieste réparatrice et pendant ce temps là l'ami Borée te fait de l'oeil jusqu'au soir, il te glisse à l'oreille "à demain petit pèlerin, peut-être gagneras-tu un jour, moi je vais me coucher fais de beaux rêves" "
...""Tu dois commencer à en avoir assez, peut être même plus qu'assez!"
Pas si sûr! N'est-ce pas Pierre...
Plus l'on s'approche de la ville magique, plus l'on redoutera le moment ou submergé d'émotions on s'écroulera sur la place face à la cathédrale, au milieu d'une foule de pèlerins éreintée, béate, transfigurée, joie mêlée déjà de nostalgie et de blues.
La déprime "post-pélerinale" ça existe, si, si, difficile d'y échapper à moins d'avoir un coeur de pierre, ce qui est loin d'être ton cas.
Mais tu n'en est pas encore là, savoure chaque pas avec délice petit pèlerin, malgré ton envie d'en finir, tu arriveras toujours trop tôt pour faire le tour de ton âme! "
..."Hum, hum, c'est étrange comme tu sembles éviter soigneusement le contact avec les villes même modestes, Léon, Ponferrada...
Dis-moi gentil pèlerin fuirais-tu la foule urbaine pour des paysages plus émollients ou seul les vacas broutent tranquillement en te regardant passer! "
..."Mi querido Pedro,
Ahora que hablas español por fin nos vamos a entender.. Par pitié pour tes ampoules nous continuons en français, non qu'on pense avec ses pieds mais ça y contribue. Nous suivons avec beacoup d'amitié ton odyssée, de très loin comme tu dois t'en douter. Même là, nous te sommes redevables pour tes temoignages qui nous interpellent dans nos propres pensées. En espérant ne pas surcharger ton sac à dos, nous t'envoyons pleins d'amitiés, cariños y abrazos."
..."Bonsoir
Et voilà la borne des 100 kms, presque l'arrivée. Finalement tout est allé bien vite et même trop vite.
Courage et bon pas. Profites.
Quant à moi je chemine à ma manière en préparant un autre pèlerinage qui occupe bien mes journées devant un écran en attendant de retrouver nos frères les malades.
Je t'embrasse."
..."bonjour, je t'adresse ce message pour te soutenir. Tu approches de ton but. Papa m'a donné régulièrement de tes nouvelles. Je t'encourage pour ces dernières étapes. à bientôt.

Etape Palas de Rei - Arzua, dimanche 25 septembre.

Etape Palas de Rei - Arzua: 26 kms, 8H30, chaud et difficile, dimanche 25 septembre.
... 5H30, l'étape est annoncée relativement difficile par les guides, je pars tôt, la nuit, les étoiles sont là, épanouies,
...séance "lampe frontale" pendant 2H..., je suis surpris par le relief du parcours trés vallonné, trés peu de pèlerins à cette heure, il fait doux... une petite brume toutefois,
... Casanova, Leboreiro, Furelos...
... la borne des 50 kms, une photo souvenir prise par un pèlerin alsacien...
... 10H, Melide, je ne suis pas encore à la moitié du parcours, et il y a déjà 4H30 que je marche. En fait les traversées de Palas de Rei et Melide sont bien longues. En ce dimanche, je note plusieurs marchés... le fait de voir ces petits marchés me redonne de l'énergie.
... c'est vrai que sur le chemin, des mots échangés quelques instants, des sourires, des signes suffisent souvent à "relancer" la machine et à redonner confiance... ces signes issus d'individus originaires des divers chemins qui mènent à Santiago, au coeur de la coquille.
... tiens un hongrois, un tchèque, une suédoise, une coréenne, une australienne, des canadiens, des français...
... je fais une halte pour masser mes pieds, mes mollets, arnika oblige...
... les forèts d'eucalyptus...
... 11H40, Boente, et un "sello" dans une petite église...et toujours ces ruptures de relief qui brisent les jambes...un bout de chemin avec une écossaise partie du Puy... elle a une tendinite mais veut aller au bout...
... Castagneda, une forte rampe suivie d'une descente "folle", les VTT s'en donnent à coeur joie...
... séquence "petits pas, petits pas, tu regardes en bas, et tu serres les dents"...
... à nouveau, en montée vers Arzua, il est 14H, 8H30 de marche...
... puis 1H pour trouver l'accueil à l'écart de la ville...il est 15H, j'arrive à la hospederia...

samedi 24 septembre 2011

Etape Portomarin - Palas de Rei: 22kms, 6H30, temps chaud...

Etape Portomarin - Palas de Rei: 22kms, 6H30, temps chaud...
...6H15, départ...superstitieux ou anxieux, je vérifie, dans le noir de la nuit, à nouveau, que je n'ai rien oublié: mes papiers? mon téléphone? mon appareil photo?...il fait doux même si un petit vent refroidit le corps...les étoiles sont là et la lune offre un croissant...je la photographie plusieurs fois en constatant que le rendu photo la transformait en une traînée blanche...peu importe, c'est bien mon guide blanc du matin,
...curieusement le chemin fait l'objet d'une déviation pour cause de travaux, la déviation me paraît bien longue, accidentée et en rampe...si j'avais su , je serais resté en bord de route, la première heure...
... la lampe frontale guide mes pas à travers rochers et pierres et il faut attendre 7H45 avant de pouvoir discerner les formes sans risque d'appréciation de la nature de l'obstacle...les oiseaux chantent, les "choucas"volent dans les prés encore marqués par un reste de brume...les vaches s'expriment aussi ( est ce l'heure d'une traite? d'un repas? je ne sais)...
...le parcours est difficile...des premiers pas à 350 m d'altitude pour atteindre 700m à las Ventas de Naron...sensiblement à la moitié du parcours...puis une longue descente jusqu'à Ligonde et une succession de faux plats pour retrouver 565m d'altitude...
...entre temps, le soleil s'est vengé des 2 jours précédents et a crevé le semblant de brouillard qui persistait au petit matin.A nouveau il a porté en avant mon ombre et poussé mes pas... j'étais rassuré...
... des pèlerins devant, derrière...
... pourtant, l'étape ne fut pas facile et diverses séquences du type "on s'accroche, on ferme les dents, on ne regarde que la trace des pas devant soi..." se succèdent,
... de beaux messages d'encouragement sont venus nourrir mon énergie...
..."Te voilà tout prés du but: impatience, soulagement ou nostalgie? j'ai hâte de te savoir arrivé au terme de ton voyage. Qu'il t'apporte tout ce que tu y cherchais, bise!"
... "Je t'envoie ce matin le soleil de l'amitié pour réchauffer ton corps et ton esprit dans ces derniers jours du parcours. J'ai été heureux de t'entendre hier même si j'ai ressenti une part de ta souffrance. Tiens bon, je t'attends, bises chaleureuses"...
.."Tu as bientôt terminé ce périple, t'auras t-il apporté ce que tu en espérais? Tu as choisi ce chemin de solitude pour te retrouver et être en accord avec toi même et tu sembles y être parvenu..."
..." Tu es à moins de 100kms, profite bien de cette fin, savoure la, on t'embrasse..."
..." Tous les oiseaux vont te donner leurs ailes pour te faire oublier les moments de fatigue, de doute, de souffrance parfois..."

... J'ai le sentiment pour reprendre les termes de Théodore Monod d'avoir cherché à me déposséder de mes possessions, avoir moins pour être plus.J'espère avoir laissé de la poussière sur le chemin. Ce chemin, je l'ai souvent dit , est fabuleux car il transcende toutes les spiritualités pour les concilier... que l'on se réfère à Dieu ou non, il permet les mêmes questionnements. Chacun, dans sa liberté de conscience y apporte sa réponse. Mais au bout du compte, la réponse renvoie à un geste d'amour et non de violence. Ce geste est un geste de doute: "amigo, buen camino", qui que tu sois!
... impatience, nostalgie, soulagement... pas d'impatience, pas de nostalgie, un soulagement d'arriver au terme d'un long voyage dont je n'avais pas mesuré toutes les dimensions, physiques ou morales...
... et puis un voyage se fait en 3 temps, l'avant, le pendant, l'aprés. L'aprés sera le temps de la synthèse. Mais je sais que je reviendrai sur le chemin pour le faire connaître à mes amis... sur des séquences brèves... pour leur donner envie.
... 12H45, Palas de Rei, enfin...

vendredi 23 septembre 2011

Etape SARRIA - PORTOMARIN, vendredi 23 septembre....

Etape SARRIA - PORTOMARIN: 21.5 KMS, 6H, brouillard, brouillard...
...De fermes en fermes...
... 6H2O, je quitte SARRIA en escaladant des escaliers à +10 ou 15%, j'étais seul ( avec le SMS de Marie Pascale), et soudain une meute de groupes de pèlerins... l'effet "Compostella", qui accorde à ceux qui font 100kms une attestation particulière, "La Compostella"...
... j'ai du mal à me reconnaître dans ces groupes qui vivent le camino comme un trek, et de toutes façons je ne peux suivre leur rythme...mes jambes sont usées par l'effort,  les couches d'arnika, les gels étendus sur leur surface... mes pieds n'ont qu'une envie, se mettre en retrait...de tout...
... pourtant, je constate que finalement j'arrive souvent avant eux, je vais lentement mais je ne m'arrète pas, c'est ma force de "marathonien"...je me ravitaille en marchant...le matin, je ne déjeune pas, et au fil des pas, je grignotte le pain du menu del peregrino que j'ai subtilisé la veille au soir...parfois je m'arrète en chemin pour déguster un "cafe americano"et un croissant...ce matin j'ai mangé une pomme que j'avais mis dans mon sac, dimanche...
... en fait le pèlerin devient trés superstieux lorsqu'il se rapproche du but...il fait attention à tout et tout est signe...pourtant, je réalise que depuis une semaine, je ne refais plus le monde dans ma tête, comme si un accord avait été passé entre mon corps et mon esprit, entre mon corps, mon âme et mon coeur, choisissez vos mots...
...le chemin permet tous les langages. Personnellement, sur le chemin, j'ai aimé redécouvrir les mots du Grand Initié à travers les paroles de ses "pots", les évangélistes, j'y ai conforté mon admiration pour cet initié et j'ai constaté les milliers de façons de lire et interpréter son dire...
... sur le chemin, je parle peu de l'apôtre, je parle peu de Dieu, cela dépasse mon intelligence et ma compréhension, je préfère l'homme du discours sur la Montagne: "Heureux..." Il est Homme et Porteur d'un sacré message...
... sur le chemin, je ne prie pas mais je dialogue avec l'initié suprème et quand "la paz de Dios" porte ma main vers l'autre, j'y adhère infiniment...
... curieux chemin qui transcende toutes les spiritualités religieuses ou laiques et qui les concilie...
... si j'arrive au bout du chemin ce sera grâce à tous les messages d'encouragement que je reçois chaque jour et comme je le dis, désormais ce n'est pas moi qui marche, c'est nous  qui marchons !... curieux voyage... des noms, des prénoms, des visages, des retrouvailles... dans tous les cas...des signes.
... Luc Ferry nous dit que le voyage d'Ulysse est le premier exemple de spiritualité: Ulysse refuse l'immortalité et l'amour que lui offre la plus belle femme du monde pour rester mortel et retrouver sa Pénélope...
... Le chemin, c'est un peu le voyage d'Ulysse, un voyage qui conduit du nord au sud  puis   du levant au couchant, le couchant incarnant le sommeil ou la mort du soleil, mais aussi la future renaissance du vieil homme usé par les pas, et le temps de l'épreuve... le lever du Soleil, mon guide de la Meseta...
... Le chemin, c'est aussi la recherche du pardon pour les fautes et erreurs commises  dans  le cheminement de vie...
...le temps passe, toujours le brouillard, des villages, des fermes, des...bouses de vaches...des glands, des chènes...
... le fameux kilomètre 100...
...10H, FERREIROS, il me  reste 8,5kms...
... 12H 30, un long escalier en rampe pour atteindre Portomarin, au dessus de l'embalse de Belezar.... et le soleil qui n'a pas toujours crevé le brouillard...

jeudi 22 septembre 2011

Nouveaux témoignages , le courrier des amis.

Nouveaux témoignages -3

... "Bonjour Pierre

Comment va notre pèlerin, le sage qui chemine lentement, jour après jour vers le but qu'il a choisi.
Tu dois te trouver vers Ponferrada ou Cacabelos. J'ai toujours aimé le nom de ce bourg, où la population nous avait réservé un très bon accueil. L'accueil autour de l'église était aussi très sympa. La population nous avait donné des caisses de cerises, délicieuses cesrises.
Voilà les souvenirs reviennent, mais quels souvenirs!
Et toi tu marches sur un chemin de patience et de modestie. Tu es dans ta dernière semaine, St Jacques est à portée de mains ou plutôt de pieds.
Bon courage, nous t'accompagnons même dans nos silences, car il n'est besoin de faire du bruit pour être présent.
Le silence tu connais...
Je t'embrasse."

... "Je suis toujours à Wailly mais de temps en temps je vais chez le frére d'Anne-Marie pour suivre ton blog et je constate que tu avances à grands pas .Tu attaques la derniére semaine les derniéres grosses difficultés (O Cebreiro),profites bien de cette derniére semaine ,la plus belle et tu chanteras comme on l'a fait avec Jean en 2008 et avec Anne_Marie cette année :" j'ai fait le rêve d'un monde plus beau à vivre ensemble etc .......

Enfin on te voit sur une photo ,tu as la forme on s'en réjouit.

Bonne fin de Camino Pierre , profites en au maximun ,Saint Jacques t'attend à Compostelle .Je te signale que Dimanche 25 c'est mon anniversaire ,salues et pries Saint Jacques de notre part. On pense à toi "...
..."Santiago se rapproche à grand pas...on t'accompagne pour partager ce moment avec toi..."
... "Hum, hum, c'est étrange comme tu semble éviter soigneusement le contact avec les villes même modestes, Léon, Ponferrada...
Dis-moi gentil pèlerin fuirais-tu la foule urbaine pour des paysages plus émollients ou seul les "vacas" broutent tranquillement en te regardant passer!"
..." Te voilà en Galice, dernière région du pèlerin sur le Chemin de Compostelle. A toi bientôt les forêts d'eucalyptus et leur parfum bien particulier.
Nous pensons bien à toi et te souhaitons beaucoup de joie dans la fin de ce pèlerinage.
N'oublies pas, quand tu verras Santiago et que tu plongeras sur la ville, tu dois jeter en l'air tes bâtons, comme l'ont fait tant d'anciens sur ce même chemin.
Profite de ces derniers jours!
Maintenant on peut te dire: à très bientôt.
Je t'embrasse."
..."un SMS d'encouragement parmi d'autres"
..."Tu dois commencer à entendre les cloches de Saint Jacques, alors une petite pensée d'ici..."
..."Tu dois commencer à en avoir assez, peut être même plus qu'assez!
Tu es dans la dernière ligne droite. La Galice est là avec son pays celte, ses genêts, vaches, petites fermes de nos années 60.
Bientôt en regardant les bornes sur le côté de la route tu vas voir s'égrainer les kilomètres, les derniers kilomètres: 100.....
Profite bien de ces derniers jours. Tu arrives au bout du Camino, à toi bientôt Santiago et le tombeau de l'apôtre.
Tu va arriver à SARRIA, le secteur est difficile, relief accidenté, altitude, puis c'est la grande descente.
Courage et bonne journée."

Etape Triacastela - Sarria, jeudi 22 septembre, brouillard.

Etape Triacastela - Sarria: 21.5 kms, 5H15, étape dans le brouillard...
...6H40, je pars ( sans t), le ciel est clair, les étoiles inondent la nuit de leur beauté...silence de la nuit rompu par le bruit de l'eau d'une rivière, le vent qui claque la casquette, fait danser les feuilles et libère un frais sur le corps...
... la lune offre un quart de sa surface et continue de veiller sur mes pas, je la photographie...
... 7H40, le jour se lève, le bruit des oiseaux, des coqs...le brouillard apparaît et devient  vite épais..
... 8H45, un café "americano" et un croissant dans un bar qui ouvre à SAMOS...
... plusieurs SMS d'encouragement, tous on ne peut plus appréciés, une énergie supplémentaire...
...10H10, toujours le brouillard, le soleil n'arrive pas à percer, mais il va triompher
... trés peu de pèlerins, quelques cyclistes...
... beaucoup d'arbres fruitiers, pommiers, poiriers, cognassiers, chataigners...des champs  de mais... et toujours le brouillard...
... tiens, on est à SARRIA, il est un peu plus de midi, et ce n'est pas un village mais une ville...
..."Le camino,  est celui qui nous fait faire l'expérience d'un "centre" dans nos vies. Aller vers ce centre c'est aller vers soi même en se dépouillant de tout ce qui est superficiel, de tout ce qui appartient "au monde de la circonférence", ce que la sagesse populaire appelle le "métro, boulot, dodo"
..."Le Chemin relie les hommes entre eux et , en chacun, l'âme et le corps, réconciliés dans un même mouvement"

mercredi 21 septembre 2011

Etape O CEBREIRO-TRIACASTELA:

Etape O CEBREIRO-TRIACASTELA:
Etape O CEBREIRO - TRIACASTELA: 21 kms, 5H45, temps doux, puis chaud, mercredi 21 septembre....
... je pensais qu'il ferait froid, j'attends 6H45 pour me lancer. En fait il fait doux, je suis trop couvert.
... le ciel est clair, empli d'étoiles: je cherche ORION et son Bourdon, en vain...
...8H20, une demi heure de marche, l'impression d'être quasiment seul, et pourtant je sais qu'il y a une multitude de pèlerins qui vont faire l'étape...
...la coquille, une main qui peut contenir de l'eau et entretenir, donner la vie, purifier, mais aussi un ensemble de nervures ou doigts qui se réunissent en un seul lieu, le coeur. Les divers chemins du monde se concilient en un lieu, le coeur... un univers d'accueil des différences...
... La Galice, c'est le Pays Basque... trés agricole, une végétation trés verte, beaucoup de troupeaux....
... La main, volonté d'accueil, de création pour aider ou être aidé, volonté de lien, porter la coquille c'est se référer à ces dimensions  et pour ce qui y croient se remettre entre les mains de la providence...
... j'aime prendre en photos les coquilles le long du chemin, elles portent toujours une différence....
... en allant vers le couchant, occident, je sais que mes pas me guident vers le champs des morts, mort de l'apôtre, mort du soleil sur l'océan. Je sais aussi que mon guide blanc m'apportera la lumière nécéssaire à mes pas. Je sais aussi qu'au levant, le soleil renaîtra... Mort et renaissance...le chemin me l'a enseigné...
... question: les coquilles ont elles toutes le même nombre de nervures?...leur représentation diffère suivant les régions, et parfois la coquille est assimilée à un pas ancré dans le sol qui définit la trace...
... le chemin a un côté irréel, mais il a une dimension sacrée et porte une opportunité de questionnements que ne propose pas suffisament le chemin profane qui nous anime chaque jour, dans notre quotidien...
... les traces de pas rassurent, elles guident, elles suscitent...
... les villages traversés sont des noeuds de vie, qui redonnent énergie et rendent compte des forces de vie présentes le long du chemin. Ce sont des témoins et aussi des acteurs...Le camino, c'est aussi cet immense regard porté vers le travail de ces hommes ou femmes le long du chemin... Le camino, c'est témoigner de leur travail...de leur vie, de leurs moeurs...
... Le camino rend muet, et favorise le silence, la plus forte des paroles...
... le temps passe, le mont San Roque, Hospital de la Condesa, Alto de Polo, 1337m, Fonfria, Biduedo, Filloval,As Pasantes, Triacastela, 665m...
... il est 12H 45...
...

Etape La Portela de Valcarce - O Cebreiro:

Etape La Portela de Valcarce - O Cebreiro:
L'entrée en Galice, mardi 20 septembre...
Etape La Portela de Valcarce - O Cebreiro: 16 kms, 4H30, temps froid...
... l'étape est annoncée courte mais difficile, lever 6H, départ 6H 45... il est inutile de partir plutôt, le temps a changé cette semaine...
... passer de 630 m à 1330m en traversant Ruitelan, Las Herrerias, La Faba, La Laguna...cela sous le regard de la Cordillère cantabrique...
..., une voûte étoilée dégagée, des étoiles qui scintillent et illuminent la nuit, un SMS de Marie Pascale, direction Vega de Valcarce, dans la nuit du petit matin... le champ des étoiles...
... un matin frais d'automne, les prés sont empreints de rosée,
... je suis frappé par les ouvrages d'art d'enjambement des vallées réalisés pour construire l'autoroute vers La Coruna... autres ponts d'établissement de liens...
... toujours l'eau, les oiseaux, un matin d'automne semblable aux nôtres...
...SMS Brigitte...
... des paysages verdoyants qui me rappellent les Pyrénées, des horizons de beauté où les couleurs chantent leur joie....et toujours l'eau...et le soleil qui joue avec mes ombres...
... un SMS d'encouragement d'Annie et Patrice, autant de forces d'énergie supplémentaires...
... entrée en Galice, les rampes se succèdent,...la pente est souvent à plus de 8%...
... 11H 30 , me voici au sommet...je pensais l'étape plus dure...je rentre dans la petite église, une douzaine de Bible sont proposées en différentes langues...je relis le Prologue de Jean et des passages de l'Apocalypse...
... je vais préparer l'étape de demain, vers Triacastela...

Etape CACABELOS - LA PORTELA DE VALCARCE

Etape CACABELOS - LA PORTELA DE VALCARCE
Les vendanges, l'eau, le rouge gorge, lundi 19 septembre...
Etape CACABELOS - LA PORTELA DE VALCARCE: 21.8 kms, 5H 45, temps trés froid.
... ce matin, j'avais décidé de partir plus tard, et de marcher moins longtemps pour économiser les muscles de mes jambes... si l'on fait exception des 2 premiers jours, le premier relatif à l'étape Gradignan - Belin - Le Muret et le second relatif au Muret - Cap de Pin, aujourd'hui est le premier jour au cours duquel mes pieds sont libres de tout pansement. J'ai en effet enlevé hier soir tout ce qui recouvrait mon pied droit. La nouvelle peau est bien tendre, mais je veux espérer qu'elle résistera aux agressions de la marche,...
... il est prés de 7H, quand je parts, il fait froid, le chemin suit d'abord la route, le ciel est clair, les étoiles diffusent leur beauté, je chemine avec 2 ombres, l'une au devant de moi, l'autre à ma droite...
... le chemin quitte la route vers Valtuille, les champs de vigne, les cerisiers, les vendanges...
... 9H, Villafranca del Bierzo,...
... le chemin vient alors se coller à la rivière Valcarce, et évolue dans un défilé ou le soleil a du mal à pénétrer, bruit de l'eau, nombreux chataigners...froid...
...10H40, un rouge gorge vient se poser à 50 cm de mes pas, il me fixe, je le fixe, étrange rencontre..." veux tu que je te photographie?"...
... sur le chemin, des pèlerins qui cheminent chacun à leur rythme...échanges de sourires, de mots... "Amigo, buen camino"...
...11H45, tiens des vaches dans le champ, photos, ...quand je m'éloigne, l'une fait retentir sa cloche comme si elle disait "buen camino"...
... tiens un oiseau mort sur le chemin, le bruit de l'eau, ...qui me rappelle évidemment les Pyrénées...
... 12H 30, je décide de stopper l'effort, la Portela de Valcarce. Je suis à 4 kms de Vega de Valcarce...
... demain, direction O Cebreiro, avec 8kms à 8.5%, une étape d'une vingtaine de kilomètres...pourvu que les tendons ...suivent...

dimanche 18 septembre 2011

Clin d'oeil à AMELIE...

... Demain, 19 septembre, c'est la Saint AMELIE,
...Sens et origine du nom
Il existe plusieurs hypothèses quant à l'origine de ce prénom :
Amélie viendrait du grec ancien ἀμαλή (amalè), qui signifie « tendre ».
Amélie viendrait du grec aïmulos signifiant « rusé ».
Amélie aurait une origine germanique (gotique), de amal qui signifie « travailleuse » ou « puissante », à mettre en rapport avec le prénom masculin Amaury ou le prénom féminin Amalberge.
... C'est vrai, la "Pirouette" que je connais est tendre, parfois rusée, intelligente, trés travailleuse et donc porteuse d'un fort potentiel de puissance professionnelle...
...Dans tous les cas, elle incarne le dynamisme, la volonté de réussir. C'est une sacrée combattante...
... En plus, elle est belle
... Depuis le "camino", je te souhaite une belle fête...Amélie et bon courage dans tes études !...

Etape ACEBO - CACABELOS: 32kms, 8H, temps frais voire froid...

Etape ACEBO - CACABELOS: 32kms, 8H, temps frais voire froid...
...il n'est pas 6H, il fait frais voire froid, le ciel est couvert, ce sont les lumières au loin de la ville de PONFERRADA, qui me servent en quelque sorte de guide. Pourtant, il y a 16.5 kms à franchir d'ici là. Le chemin suit la route, pour éviter les faux pas dans le noir, je préfère marcher sur la route, il n'y a pas de véhicule...
...7h50, me voici à Molinaseca, et il fait toujours nuit, le jour fait la grasse matinée, comme les espagnols, il n'y a pas âme qui vive...
... 10H, PONFERRADA et sa longue traversée, et l'Espagne qui dort encore...
... ce matin mon esprit divague avec une multitude de séquences puisées dans mon "voyage", un puzzle d'images, moments, visages,...sans qu'il y ait une véritable cohérence d'ensemble...
... 11H20, séquence: "on s'accroche, serre les dents, et on ne regarde que ses pas...
... 12H15, je suis à bout, c'est la septième heure, et j'ai encore 6kms à faire. Voici Camponaraya, un petit bourg, tiens on y vendange dans le vignoble de Bierzo, tiens une procession, tiens l'Espagne est levée...
... ces petits évènements me relancent, mais 6kms, c'est grosso modo 2H.
... 14H, je libère mes pieds en me déchaussant.Immédiatement ils se vengent: j'ai l'impression qu'ils vont exploser, je m'étends et attends qu'ils m'accordent un peu de répit, je les masse, soigne et les couvre d'arnika et autres produits...
... 32 kms en 8H, j'ai marché une heure et demie de trop. De nombreux signes dans les jambes en ont attesté. Demain, je me fixerai un objectif limité, la Portela de Valcarce, 22kms, et je partirai un peu plus tard... Aprés demain, l'étape rend compte d'un dénivellé de 700m en 12kms, ce sera du 6%.

samedi 17 septembre 2011

La poupée Barbie, l'homme -Dieu, l'homme....

... La poupée Barbie, l'homme -Dieu, l'homme....

... l'autre soir, à CARRION de los CONDES, mon regard avait été attiré par une petite fille, immensément belle...comme toutes les petites filles... j'avais pourtant remarqué qu'elle boitait ou tout au moins qu'elle avait un problème avec les jambes...
... avec l'autorisation de sa maman, je l'ai d'ailleurs prise en photo ( cf blog)
...hier, à Santa Catalina de Somoza, l'homme qui m'a accuueilli dans l'hospederia avait un handicap de marche...
... dans les deux cas, deux beaux sourires et dans le second, une qualité d'accueil remarquable...
... ces deux séquences me renvoient aux jeunes années de Judith et Arnaud. Je n'ai pas oublié la souffrance de Judith, les diverses opérations qu'elle a subies, pour se délivrer d'un risque de dyslasie des hanches... je n'ai pas oublié le temps où elle était en quelque sorte dans une coquille...tiens,...une coquille...
... de la même manière , je n'ai pas oublié le temps, au cours duquel, un risque a plané sur Arnaud: je n'ai pas oublié l'immense angoisse qui animait sa maman, ma femme. Je n'ai pas oublié l'immense angoisse qui était en moi et m'empéchait de travailler sereinement dans mon métier...
... je n'ai pas oublié ce que nous devons à un homme-dieu, le docteur Saint Supéry.C'est lui, qui a corrigé avec succés les anomalies de la naissance...
... la petite fille de Carrion, l'homme de Santa  Catalina, n'ont pas eu cette chance...
... je ne peux aussi oublier le temps au cours duquel Boris avait des problèmes de vision, et l'obligation qu'il avait de porter un cache...
... je ne peux oublier, je revis ces séquences le long d'el camino!

Etape Santa Catalina de Somoza - Rabanal del Camino - Acebo: 28 kms, 7H, beau temps...une belle étape de montagne...

Etape Santa Catalina de Somoza - Rabanal del Camino - Acebo: 28 kms, 7H, beau temps...une belle étape de montagne...
... 6H45, un nouveau besoin de départ dans la nuit, voilée par les restes de la pluie de la soirée précédente? la lune est cachée...
...9H, Rabanal del Camino..., le jour est levé, le paysage change, le vert réapparaît...le chemin s'élève dans la montagne de Los Montes de Leon...je suis parti à l'altitude 1000m, et voilà qu'il faut atteindre 1504 m, de belles rampes de temps en temps... la Cruz del Ferro vers 10H15, un temps de recueuillement dédié aux jeunes, à ceux auxquels j'ai pensé, mais aussi à ceux que j'ai oubliés...
... un paysage vert, des foréts de pins, sapins, genets..., des troupeaux...
... le long du chemin, je dédie la première partie, disons les 3 ou 4 premières heures aux jeunes, au mythe de la Cruz del ferro, à Frédérique et Cédric dont c'était le mariage, hier...
... puis, mon égarement m'amène à penser que le chemin porte 3 dimensions. La première est celle du primat du corps qui commande l'esprit. Le corps donne des signes de rejet de la démarche entreprise. Il freine les pas. La seconde correspond à une esquisse de dialogue entre le corps et l'esprit, comme si le corps cherchait à se mettre en ordre... enfin, le dernier temps est la mise à l'ordre du corps et de la matière: en ordre, ils acceptent de passer à l'ordre de l'esprit... mais cette mise à l'ordre n'est pas une capitulation...
... 12H30, 45... j'arrive à la Casa Rural qui m'accueuille...
... ce soir à ACEBO, je suis à 1100 m d'altitude et dés demain je vais continuer à descendre vers Molinaseca...

Photos Santa Catalina - Rabanal del Camino - Acebo









La cruz del Ferro, la Croix de Fer



La piedra de THOMAS et la Cruz del Ferro...

La Cruz de Ferro, la piedra de Thomas, ...
...La cruz del Ferro désigne le sommet des Montes de Leon, à 1504 mètres d'altitude. "c'est là que s'élève la mythique croix de fer, fichée en haut d'un mât de bois planté dans un cairn". "respectant le rite antique christianisé, le pèlerin déposera une pierre qu'il chargera dans le secret de son coeur d'une signification personnelle".
... J'ai choisi de déposer un caillou, ramassé par mon petit fils Thomas, voici plusieurs années dans les eaux des rivières des Pyrénées.Comme tous les enfants, il aimait jouer avec l'eau, les cailloux,  et aimait en ramener.Quelques années plus tard, c'est un de ses cailloux que je dépose, Brigitte en ayant gardé dans quelque tiroir...
... ce geste, je le dédie à tous les "jeunes" que j'ai croisés dans ma vie, notamment affective. Je le dédie à Thomas, propriétaire du caillou, à mes enfants, à mes petits enfants,  aux enfants de mon frère ( Julien et Marianne) et ma soeur (!) mais aussi aux enfants des autres... ceux qui sont venus accompagner leur maman... pour un beau voyage affectif et amoureux ( Pirouette Amélie, Yannick, Boris)...mais aussi aux autres, qui me font la joie d'avoir des mots polis, respectueux, attentionnés lorsqu'ils me parlent ( les enfants de mes amis..., AXEL,  le passionné des girondins...) accompagnant leurs parents...
... peut être un jour, l'un d'entre eux, reproduira ce geste, qui sait?...
... ce geste, je le dédie aussi à Frédérique et Cédric, qui dans leur joie, ne s'imaginent même pas que cette Cruz del Ferro puisse exister... et pourtant...
... alors "paix, amour et joie" dans leur lien naissant...
... alors, le message est simple:" respectez vous, aimez vous"... et un jour, venez à la Cruz del Ferro... venez sur le camino reproduire un geste qui donne sens au pourquoi de la vie...
... venez sur la trace de la tradition...

Entre Hospital de Orbigo et Santa Catalina de Somoza








Entre Hospital de Orbego, Astorga,et Santa Catalina de Somoza: l'étape des 150 ballons dans le ciel.

Etape Hospital de Orbego - Astorga - Santa Catalina de Somoza: 25.3 kms, 6H30, orage , puis beau temps...
... vendredi 16 septermbre 2011, Frédérique et Cédric se marient. Frédérique est la fille de Christine et Edmond, amis suisses de ma femme, avant que je ne la connaisse, ils m'ont accepté pour amis depuis...
... je n'ai pas oublié le mariage de Judith et Arnaud, le mariage du fils ou de la fille est un moment privilégié de joie qui valorise immensément les parents. Ils sont les garants, les référents, les "passeurs de témoins"... et ce jour là, c'est aussi leur fête, ils portent un orgueil de joie et de transmission...
... ce jour là, ils observent chez leur enfant le début d'un nouveau cheminement...ils observent aussi chez eux une forme d'accomplissemement...
... même si cela ne veut pas dire grand chose, j'ai dédié mes pas de ce jour à leur union, et demain au sommet de la cruz de ferro, en déposant la pierre de mon petit fils, je ferai un voeu pour qu'ils s'épanouissent dans l'harmonie, le respect, et évidemment l'amour...
... aujourd'hui du côté de Chouilly ou Satigny, 150 ballons se sont envolés dans le ciel...
... ce furent des pas mouillés d'abord, liés à un orage du matin, puis des pas réchauffés par la réapparition du soleil...Astorga fut atteint vers 9H, mais mon objectif était d'aller au delà...Astorga est une ville magnifique!...qui gagnerait à être visitée...
... ce matin , j'ai également beaucoup pensé à mon père, à sa souffrance entre Avril et juillet 1981...je le voyais, je l'entendais, je l'écoutais ( il est resté lucide trés longtemps) je lui parlais, je lui touchais la main, je l'embrassais...je me souviens que mon frère avait contacté le prêtre de Gradignan pour qu'il lui donne les derniers sacrements... je crois qu'il avait refusé, renvoyant vers un autre prêtre ...
... nous sommes allés auprés de lui tous les jours à la clinique, en espérant qu'il puisse retrouver son logis... il y croyait, mais Dieu en a décidé autrement, l'obligeant à la souffrance... pourquoi?
...hier soir  j'ai diné avec des Français de La Réunion: pour eux, la force du camino tient à ce qu'il est un mythe, une immense opportunité de rencontres des visages du monde, et un lieu où l'on sait que tous les soirs, le pèlerin est attendu par un hospitalier dans une albergue... un lieu où l'hospitalité est concrète et garantie...
... le camino est aussi patience, persévérance, attente...mais c'est vrai que c'est un des rares endroits ou se cotoient tant de visages différents porteurs de si nombreux pays...

jeudi 15 septembre 2011

Photos La virgen del camino - Hospital de Orbigo 1




Etape vers Hospital de Orbigo

Etape La Virgen del camino - Hospital de Orbigo: 26 kms, 6H30.
... j'ai pris l'habitude de partir trés tôt, dans le noir, je retrouve bien vite un chemin se confondant avec la route...aprés avoir cotoyé le silence et la beauté de la Meseta, voici à nouveau le bruit de la vie de tous les jours... c'est un peu comme s'il s'agissait de nous rappeler que les divers chemins se recoupent à tout moment, et que l'un n'a de sens que parce que les autres existent...et que finalement la vie c'est un voyage à travers ces divers chemins...qui de fait s'ignorent et devraient composer entre eux pour se nourrir, les uns les autres...
... pourtant cette étape n'est pas sans me rappeler la première Gradignan - Belin - Le Muret, un ensemble de lignes droites sans fin avec le bruit permanent des voitures légères et des poids lourds...
... je ne pense pas, ne réfléchis pas, mais je cherche mes complices, la lune, puis le soleil...la lune sera parfois cachée par des nuages... et le soleil plus tard viendra projetter mon ombre, chauffer mon dos et déliver une énergie qui me permettra en cinquième et sixième heure... d'affronter la fatigue et la lassitude de l'effort...
... mon regard porté sur mes pas, refusant d'observer l'horizon lointain de l'arrivée...
... il est midi et demi et je frappe à la porte de l'ordre de l'albergue des hospitaliers de l'ordre de Malte... je retrouve l'univers des dortoirs..

Nouveaux Témoignages... Le courrier des amis.

Nouveaux témoignages:
... pardon aux oublis, je sais qu'il y en a de nombreux...
...êtes deux, toi et ton ombre fidèle, à marcher vers l'étape ultime, vers la ligne d'arrivée..."
... "Oui, mais grace à Maître soleil, vous
... "Sacré soleil, il semble ne t'indiquer qu'une direction ton étape finale, et toi naïf chaque matin tu es persuadé que tu vas gagner la course, il est derrière toi, il te nargue, petite pause à midi, sieste réparatrice et pendant ce temps là l'ami Borée te fait de l'oeil jusqu'au soir, il te glisse à l'oreille "à demain petit pèlerin, peut-être gagneras-tu un jour, moi je vais me coucher fais de beaux rêves"

... "Sais-tu que tu viens de traverser le village des "quatre souris"?
C'est ainsi que les pèlerins français de l'époque nommaient "Castrojeriz" car ils avaient bien de la peine à prononcer de tels mots.
Que les quatre petites souris prennent soin de toi, mais je ne suis pas inquiet car le chemin t'a pris, que dis-je t'a emporté, balayé dans un tourbillon d'émotions et de bonheur qui me ravit personnellement. Je t'embrasse fraternellement"
..."Où es tu peregrino? du côté de El Burgo Ranejo ou Puente Villarente peut être. Dans tous les cas dans un coin perdu de l'Espagne. Mais le but approche.
J'espère que le moral et le corps sont au beau fixe, et que tu n'es pas trop las de ces lignes droites sans fin.
Courage. A bientôt."
... "Salut Pierre
Et voilà l'homme chemine, s'éloigne de ses certitudes, réfléchit, s'interroge, cherche, .....et puis la carapace se fissure, le coeur parle, pleure même quelques fois.
Va, continue car ce n'est pas fini! Le chemin commence juste et à Santiago tu diras et demain? demain?
Demain, le chemin continue mais voilà tu viens juste de fissurer ta carapace, juste de commencer à cheminer........
Vas y chemine avec nos ainés,... et tous les autres. Ils sont là et t'accompagnent. Pense à eux, prie pour eux et avec eux, car ils t'accompagnent sur le Camino de vie.
Je t'embrasse."

... "Bravo Pierre ,tu continues ,tu arrives bientôt à la moitié du Chemin en Espagne ,direction L'ouest , toujours l'Ouest et Santiago est juste au bout .
Buen Camino.
Ultréïa ."
... "Ola peregrino,
Petit coucou de Luz Saint Sauveur, sous un magnifique soleil d'automne. J'espère que tu vas bien.
A la lecture de ton blog, je te sens bien sur le chemin qui est aujourd'hui tien. Avec Jacques nous vivons et partageons à distance avec toi, à travers les noms des villes, photographies, commentaires....
Je crois que nous t'envions!
Tu es entre Burgos et Leon, peut être le plus dur du chemin par la nudité du pays. Mais endroit idéal pour fermer la coquille.
Courage. Bon chemin Pierre.
Je t'embrasse. A très bientôt."
..." Bonsoir Pedro...Tu as raison de dire que NOUS marchons tous avec toi vers Compostelle...Merci de nous faire cheminer avec toi...Buen Camino y vaya con Dios..."
... "j'ai le loisir de prendre mon petit déjeuner face à une lune rutilante.J'espère qu'elle sera là pour éclairer tes premiers pas de ce jour, bon chemin, bises "
... "tu vois ton but approcher de jour en jour, pas aprés pas. Tu traverses les paysages, les terres et ses âmes, mais aussi beaucoup de solitude propice à la méditation..."
... "un petit mot pour faire un bout de chemin avec toi. Je pense trés souvent à toi même si le quotidien déborde un peu. Alors ce soir, je te transmets toute mon énergie pour faire face à ton épreuve. courage, sérénité, persévérance..."
... "tiens bon, on t'embrasse tous les quatre"
... "temps couvert à Cartelègue... courage, Compostelle est à coté..."

..." Prends soin de toi, ...bonne marche...as tu bien cheminé au sens propre et au sens figuré, je m'inquiétais car je me souviens de ta faculté à mettre ton corps à l'épreuve..."
... "Trés bonne marche, cacahuète... je pars en week end avec des copines à Hossegor..."
... " avec toi, on est de nouveau sur le chemin..."
... "sur la route des vacances, on pense à toi, en prenant un café sur cette aire des chemins de Saint Jacques..."
..." 10 jours de rando en Alsace, ...vous avancez toujours avec autant de foi malgré vos maux; que la lumière guide vos pas et vous mène au bout du chemin. Ménagez votre corps et ayez confiance en lui..."
... "Tu sais qu'en hébreu, kipa veut dire voûte étoilée. Un fidèle dit un jour: "je n'ai pas besoin de porter une kipa, j'ai la voûte étoilée au dessus de ma tête." Le rabin répondit: "une aussi grande kipa pour une aussi petite tête"...

mercredi 14 septembre 2011

Photos de LEON





Etape Mansilla de las Mulas - LEON - La Virgen del Camino:

Etape Mansilla de las Mulas - LEON - La Virgen del Camino: 27.5kms, 6H45, temps chaud.
... une étape "urbaine" que je n'ai pas du tout appréciée. Aprés un départ à 5H45, avec l'appui de mon guide "Blanc"  ( expression de Francis dans un SMS), le chemin s'approche trés vite de la route nationale LEON - BURGOS, de sorte que l'effort de la lune pour éclairer le "chemin" est anéanti par les phares des véhicules venant à contre sens, circulant à vitesse rapide trés prés du "chemin". Le pire c'est quand le chemin emprunte la nationale, c'est le cas à Villarente, le parcours devient franchement dangereux (notamment sur les ouvrages de franchissement). Heureusement, le chemin finit par retrouver son "identité" mais c'est dans les toujours longs faubourgs des grandes villes, faubourgs de zones industrielles ou d'activités...
... je suis vers 9h aux portes de LEON, des bouchons en entrée de ville, les enfants qui partent en classe. Le chemin nous conduit à la Cathédrale, la plupart des pelerins font escale pour la journée dans la ville. Je préfère partir, m'éloigner de cette ville où je ne me sens pas bien, la solitude du vrai chemin me manque, le bruit et la foule me gènent. J'entre alors dans l'univers péri urbain, sur prés de 8kms.Je m'arrète à La Virgen del Camino. Je sais que demain une bonne partie de l'étape sera encore placée sous le signe de la ville et de la cohabitation avec la grande route...
... il est 12H30, la chaleur est là.

mardi 13 septembre 2011

Photos Berciano - Mansilla de las Mulas.2



Photos Berciano - Mansilla de las Mulas.1




Photos Terradillos - Berciano del real camino 1





Etape Bercianos de Real Camino - Reliegos - Mansilla de las Mulas:

Etape Bercianos de Real Camino - Reliegos - Mansilla de las Mulas: 27 kms, 6H15, mardi 13 septembre, temps chaud.
... 5H45, le départ, la nuit, la voute étoilée, la lune, grosse, flamboyante et resplendissante, le monde des étoiles, le Petit prince: "je me demande si les étoiles sont éclairées afin que chacun trouve la sienne"Y aurait il une étoile qui s'allume spécialement pour chacun de nous et qu'il convient de découvrir pour éclairer notre chemin...?
... ce matin, mon corps, hors mon pied, répond bien. Je me concentre sur mes pas pour éviter que la partie enflammée de mon pied droit ne heurte trop violemment un caillou ou une pierre...
... il n'est pas 8H, Francis m'envoie un message, puis Brigitte, puis Serge, puis Cathy, une future pèlerine, ...qui sait?
... tous ces messages sont des liens qui donnent du sens au Vrai...
... le soleil apparaît et fort de son énergie, je parviens à Reliegos assez vite. Point normal d'arrivée. Je décide de continuer jusqu'à Mansilla de las Mulas, 6kms plus loin.Il est midi quand j'y parviens: sur le chemin, un centre de tourisme rural, j'y fais étape...
... demain, si tout se passe bien , j'arriverai à LEON, terme de la 4ème séquence du voyage, aprés Gradignan - Saint Jean Pied de Port, SJPP - Pampelune, Pampelune - Burgos, Burgos - Leon.
... qui aurait dit, qu'en marchant tous ensemble, nous en serions là?

Etape Carrion de los Condes - Ledigos - Terradillos de los Templarios:

Etape Carrion de los Condes - Ledigos - Terradillos de los Templarios:dimanche 11 septembre, 26kms, 6H30
... c'est dimanche, il n'est pas 6H lorsque je pars dans le noir, et en ce dimanche 11 septembre, je note qu'il fait frais voire froid, un vent vivifie mes pas. En fait, sur la Meseta, Tierra de los Campos, nous sommes à prés de 900m d'altitude...Le vent, je ne l'avais pas encore affronté...le noir de la nuit, puis les ombres naissantes, et la frontale pour repérer les flèches directionnelles du chemin...le vent réveille les feuilles des arbres et leur bruissement vient jouer en ombres au devant de mes pas...le temps s'écoule, peu d'étoiles scintillent dans le ciel, ... je prends quelques photos du jour naissant en espérant l'arrivée du soleil... brutalement le vent cesse, le soleil vient réchauffer mon dos, et porter mon ombre loin devant moi...mais il se rétracte, comme s'il voulait signifier qu'il préférait laisser le vent refroidir mes pas...plus tard, il reviendra, et dialoguant avec le vent froid, il permettra une marche souple et dynamique qui m'amènera à Terradillos de los Templarios, vers 12H30...aprés avoir suivi un profil relativement plat...
... je n'ai pas oublié que le 11 septembre 2001, la barbarie avait fait , je crois, 3000 morts...aux USA...
... en cette matinée, je continue de recevoir de nombreux messages, le premier vient de Cartelègue,le second de mon Frère André, puis de Jacques, puis de mon épouse, puis de Catherine B, et ainsi, la chaine reste alimentée par des forces d'énergie sans cesse renouvelées...

Etape Terradillos de los Templarios - Bercianos del real camino

Etape Terradillos de los Templarios - Bercianos del real camino:  lundi 12 septembre, 23kms, 6H, temps trés chaud...
... il n'est pas 6H, ce matin, la lune offre sa plénitude et dans la nuit, elle illumine le chemin, je n'ai même pas à utiliser la frontale...j'éprouve le besoin de la photographier plusieurs fois, et quand elle me dit au revoir, immédiatement le soleil enflamme le chemin...
... ce matin, je n'étais pas seul à dialoguer avec la lune...par un sms, Joelle me dit prendre son petit déjeuner face à une lune "rutilante", c'est vrai qu'elle est rutilante...
... je traverse Sahagun, une ville surement assez importante car la traversée en est longue, le chemin a beau être plat, je me sens "à la ramasse", ...je croise de nombreux enfants partant à l'école et tous , en souriant, me disent: "buen camino", merci les jeunes pour votre innocence et votre vérité.
... et à nouveau, je me ferme, ne regarde que mon ombre, en attendant la fin de ces longues lignes droites où il n'y a rien... sauf les travaux de construction d'une ligne TGV... Paradoxe...
... il est midi, avant d'entrer dans la 7ème heure, je profite de l'opportunité d'avoir une petite chambre d'hotel simple, pour stopper ce jour mon cheminement...me voici à Bercianos del Real Camino...aux portes de Leon...
... j'aurais pu continuer, mais je préfère laisser du temps à mon pied droit qui ne cesse de me harceler depuis le premier jour, le 17 août...
... à travers les fenètres des bars, j'observe que les TV espagnoles ne parlent que d'un accident nucléaire dans le Gard en France, que se passe t-il?...
... aujourd'hui lundi, la vie professionnelle ou économique a repris ses droits...
... le chemin est la vie, lieu d'affrontements et d'épreuves permanent...
... ce soir, nous sommes le second lundi du mois... absence et présence dans la chaîne...

samedi 10 septembre 2011

Etape Fromista – Carrion de los Condes, 10 septembre, 20 kms, 5H30 : dialogue avec Maître Soleil,

Etape Fromista – Carrion de los Condes, 10 septembre, 20 kms, 5H30 : dialogue avec Maître Soleil, …
… je m’élance de plus en plus tôt, comme si j’avais envie de retrouver la voûte étoilée et contempler les étoiles… souvent, dans ma vie professionnelle, quittant mon domicile le matin, au moment de monter dans la voiture, je me disais : « un jour je prendrai le temps de contempler la nuit ». Ce temps est venu, je le vis, et c’est un privilège d’être seul dans le noir avec les étoiles pour seules complices… Avec mes ami(e)s du CETE, souvent vers 7H, tandis que nous démarrions la journée, nous échangions sur la nuit, le jour, le soleil que nous entrevoyions à travers les vitres du bâtiment… Je pense à eux…
… je m’élance de plus en plus tôt pour voir le jour se lever…
… je réalise aussi que depuis plusieurs jours et plus particulièrement depuis que je dialogue avec le Roi Soleil, depuis Burgos, ce n’est plus vraiment moi qui marche vers Compostelle : nous marchons vers Compostelle. Ce Nous désigne tous ceux qui témoignent par leurs signes d’encouragement, leurs mots de sympathie, leurs paroles. Ce Nous c’est donc les autres, les amis, les Frères, tous ceux qui d’une manière ou d’une autre découvrent par ma démarche le camino : ma démarche devient leur et je deviens le témoin… c’est donc l’Autre associé à la force du Soleil qui me projette vers l’avant, et au message de l’initié suprême, le Christ… Je ne sais si je crois en Dieu ou à un principe créateur, un grand architecte… mais je sais que je crois au message de cet homme… il n’a jamais écrit, ce sont ses « Frères » qui ont témoigné par des textes d’une profondeur extrême… mais quel initié !... il a tout dit !
… hier soir, je me suis attablé à une table de bar, en terrasse, et tandis que je dégustais le menu del peregrino, je réalisais que j’étais face au soleil. Il m’aveuglait comme s’il voulait me parler : « ce matin je t’ai insufflé la force de tes pas, ce soir fais l’effort de me souhaiter une bonne nuit !  N’oublie pas que tu es à l’Ordre».
… «  Bonne nuit, roi Soleil et pardon pour t’avoir oublié »…
… Souvent, quand je traverse les villages, je vois des jeunes ou des adultes tenir par la main ou soutenir des anciens… je pense à ma mère que je n’ai quasiment jamais aidée… j’ai souvenir qu’un jour, elle avait eu un malaise, chez mon frère, et tandis que l’ambulance l’emmenait, elle s’était excusée pour la gêne qu’elle croyait causer…
… il y a toujours des raisons pour ne pas être auprès de l’autre, ces raisons renvoient uniquement à l’égoïsme…
… heureusement mon Frère s’est beaucoup occupé d’elle, ma mère…
… il est presque midi, et j’ai accompli les 20 kms de ce jour… Carrion de los Condes m’accueille !... c’est samedi et déjà le village porte une ambiance de fête…