jeudi 28 juin 2012

La légende de Compostelle: Charles, Roland, Turpin, Volet 3, Fin.



"Le pilier du portail de la gloire a été davantage usé par les millions de mains qui s'y sont frottées depuis 20 ans que par toutes celles des siècles précédents".
Denise PERICARD-MEA, Postface de l’ouvrage de Bernard GICQUEL « La Légende de Compostelle », éditions Tallandier.

" Certes, les hôpitaux de Saint Jacques font place aux auberges, les motivations du pèlerin contemporain diffèrent du jacquet médiéval mais hier comme aujourd'hui, le camino reste le même car ce n'est pas l'homme qui fait le Chemin mais le Chemin qui fait l'homme".
AUDREY FERRARO, un amour de camino, www.publibook.com

... Le cheminant vient de finir la lecture des aventures de Charlemagne et Roland, telles que racontées par l'archevêque de Reims, Turpin, et consignées dans  Le Livre des Miracles de Jacques du Pape Calixte II, rédigé en 1157...

... L'auteur de "La légende de Compostelle" Bernard GICQUEL  porte une vision très critique sur ces évènements:

- aucune réalité historique: l'embuscade de Roncevaux de 778 risque d'être une invention, Roland un personnage fictif. Le seul fait historique concernerait l'attaque du fils de Charlemagne, Louis le Pieux, par les sarrasins à Roncevaux, en 824.

- une portée politique des écrits: de fait tous ces textes auraient été rédigés à des fins stratégiques:
·          pour exalter par exemple la résistance aux envahisseurs musulmans ( "ne pas plier, ne pas subir, plutôt mourir que céder"), en vantant la fidélité absolue à la foi chrétienne à travers des héros, hommes de devoir.
·         "pour mettre un terme à l'exode des compétences religieuses et militaires" en Galice. Avec la première croisade (1095 - 1099) les effets furent négatifs pour la Galice, car le Pèlerinage à Compostelle était redevenu possible et attira de nombreux clercs ou nobles galiciens qui en quelque sorte effectuaient "le parcours merveilleux à l'envers". Ainsi le flanc occidental de la Chrétienté était dégarni alors que les Maures occupaient le sud de la péninsule.

Le développement du site de Roncevaux à partir de 1100 obéit à cette logique. L'idée de créer un mémorial des troupes franques venues secourir l'Espagne contre les sarrasins a été émise. Le lieu s'y prêtait d'autant plus que la Chanson de gestes célébrait les preux chevaliers de Charles. Puis à partir de 1118 et la Chute de Saragosse, les Maures éloignés, "le mémorial guerrier est reconverti au profit d'une piété pèlerine".
Légendes, croyances, mythes, foi, raison, sciences, réalité...

... Le cheminant reprend son chemin... Plein de doutes…

«  Ainsi va l’histoire, elle est souvent fondée sur des documents faux et des enquêtes qui n’en furent pas » Denise PERICARD MEA.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: