mardi 26 juin 2012

Les aventures de Charlemagne et Roland, Volet 1, selon Bernard Gicquel.



 

Le cheminant profite d'une pause et feuillette l’ouvrage de Bernard GICQUEL, La Légende de Compostelle, éditions Tallandier…

… Il découvre ainsi l’histoire de Charlemagne et de Roland, telle qu’écrite par l’archevêque de Reims, Turpin (pages 523 et suivantes)… en 1119…

… L’histoire est découpée en 36 chapitres, le cheminant en lit les 16 premiers dont il extrait quelques notes…

 

...Cet archevêque aurait passé 14 ans auprès de Charlemagne à parcourir l’Espagne et la Galice.

 

… On apprend d’abord qu’au moment où « Charlemagne décida de ne plus commencer de guerre et de se donner du repos », « il vit dans le ciel une sorte de chemin formé d’étoiles » qui allait vers la Galice….

… Il ne cessa de se demander ce qu’il signifiait…

… Alors l’apôtre lui apparut en songe pendant la nuit à 3 reprises…pour lui dire que le Seigneur l’avait choisi pour délivrer la terre de Jacques des occupants sarrasins…

« Et je m’étonne fort que toi qui as conquis tant d’Etats et de villes, tu n’aies pas encore délivré ma terre des Sarrasins »…

 

… Charles « rassembla de nombreuses troupes et entra en Espagne pour y combattre la race perfide »…

Pampelune est assiégée, Charles invoque Dieu et Jacques…les murs tombent d’eux-mêmes, « la gent sarrasine » dépose les armes.

… Charles va au tombeau de Jacques, puis à El Padron, où lançant sa lance dans la mer, il rend grâce  à Dieu et à Jacques, puis traverse toute l’Espagne…

… Il détruit tous les idoles, sauf un le Salam Cadix, qui aurait été fabriqué par Mahomet… et aurait un pouvoir particulier…

… Charles rentre en France…

 

…Alors un roi païen de l’Afrique, Aigoland s’empare de l’Espagne…

… Charles revient avec des armées placées sous le commandement de Milon d’Anglers, le père de Roland… 40 000 chrétiens périrent  dont Milon dans la bataille « Des Champs » au bord du fleuve Ceia… mais  Charles et Aigoland se neutralisent, Aigoland se réfugie prés de Léon.

… Charles rentre en France…

 

… Aigoland reconstitue une armée et « rassembla autour de lui des peuples innombrables », remonte jusqu’à Agen, tend un piège à Charles qui répond par un autre et qui après avoir « rassemblé de grandes armées » assiège la ville pendant 7 mois  et prend la ville tandis qu’Aigoland fuit. Dix mille sarrasins sont passés par l’épée.

 

… Aigoland se réfugie à Saintes, Charles le rejoint et le combat, nouvelle fuite d’Aigoland…

 

… C’est alors qu’Aigoland part pour Pampelune et passe par le port de Cize. Il mande à Charles qu’il l’attend là pour lui livrer bataille. Charles, fort d’une armée de 134 000 hommes passe le port de Cize et arrive à Pampelune… « Il leur fallut au total 8 jours pour passer les cols »…

… Au cours d’une trêve, Charles et Aigoland ont une longue controverse quant à leurs religions respectives pour savoir quelle était la meilleure. «  Au terme de la controverse, ils finissent par convenir de combattre : c’est la victoire qui attestera la supériorité d’une religion ».

… Aigoland dit : « Plus encore, si ma nation est vaincue et que je vive encore, je recevrai le baptême. ». De fait Aigoland est vaincu et est prêt à se faire baptiser.

Mais il voit Charles prendre un repas  et en même temps mal traiter les pauvres : il considère alors que Charles ne met pas en actes les paroles de la loi chrétienne. Il refuse le baptême…

« Et ta loi que tu disais bonne, tu fais voir maintenant qu’elle est fausse. »

 

… « Ainsi que le corps mort est privé d’âme, ainsi la foi sans les bonnes œuvres est une foi morte »...

 

… Le lendemain 134 000 chrétiens affrontent 100 000 sarrasins. Charles triomphe, Arnaud de Beaulande tue Aigoland…

 

« Voilà donc comment Charles combattit Aigoland pour défendre la valeur de la foi chrétienne et le tua. D’où il est manifeste que la loi chrétienne surpasse en excellence tous les rites et toutes les lois du monde entier »…

 

… Le lendemain, un prince navarrais, Fourré, défie Charles à Monjardin mais Charles triomphe, s’empare du château et de tout le pays de Navarre…

 

… A suivre…


... Le cheminant remet les livres d'Audrey FERRARO et Bernard GICQUEL dans sa besace... et reprend le chemin.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: