mardi 13 novembre 2012

La vallée du jugement dernier, à Moissac.



En arrivant à Moissac, en venant de Lauzerte, après avoir traversé le Quercy blanc, le pèlerin de la voie Podiensis découvre  l’ abbaye de Saint Pierre de Moissac et son fameux tympan, celui qui émut des générations de pèlerins, mais aussi  le Moine d’Umberto ECO dans l’ ouvrage « Au nom de la rose » ou encore André Malraux dans ses réflexions sur l’art sacré.
La représentation du tympan incarne le Jugement dernier. Le Christ Dieu y est encadré par 2 anges, les 4 évangélistes et 24 vieillards. Cette représentation s’inspire beaucoup de l’Apocalypse de Jean.

… «  J’eus ensuite une vision. Voici : une porte était ouverte au ciel, et la voix que j’avais naguère entendu me parler comme une trompette me dit : Monte ici, que je te montre ce qui doit arriver par la suite. A l’instant je tombai en extase. Voici, un trône était dressé dans le ciel, et, siégeant sur le trône, Quelqu’un… Celui qui siège est comme une vision de jaspe et de cornaline ; un arc en ciel autour du trône est comme une vision d’émeraude. Vingt-quatre sièges entourent le trône, sur lesquels sont assis vingt-quatre vieillards vêtus de blanc, avec des couronnes d’or sur leurs têtes. Du trône partent des éclairs, des voix et des tonnerres, et sept lampes de feu brûlent devant lui, les sept Esprits de Dieu. Devant le trône, on dirait une mer, transparente autant que du cristal. Au milieu du trône et autour de lui, se tiennent quatre Vivants, constellés d’yeux par devant et par derrière. Le premier Vivant est comme un lion ; le deuxième Vivant est comme un jeune taureau ; le troisième Vivant a comme un visage d’homme ; le quatrième vivant est comme un aigle en plein vol. Les quatre Vivants, portant chacun six ailes, sont constellés d’yeux tout autour et en dedans. Ils ne cessent de répéter jour et nuit : « Saint, Saint, Saint, Seigneur, Dieu Maître de tout, « Il était, Il est et Il vient ». » Et chaque fois que les Vivants offrent gloire, honneur et action de grâces à Celui qui siège sur le trône et qui vit dans les siècles des siècles, les vingt-quatre vieillards se prosternent devant Celui qui siège sur le trône pour adorer Celui qui vit dans les siècles des siècles »… 
Apocalypse de Jean (II Les visions prophétiques, 1- les préliminaires du « Grand Jour » de Dieu, Chapitre 4) d’après La Bible de Jérusalem, les Editions du Cerf, 1998

Ainsi le pèlerin découvre le lion ailé de Marc, l’ange de Matthieu, l’Aigle de Jean, le taureau de Luc. Les vingt-quatre vieillards portent des instruments de musique à une corde (rabâb) ou cinq (vielles) ou des coupes de parfum. Le visage tourné vers le « trônant » dont ils chantent les louanges, ils sont tous assis, tous semblables et pourtant tous dans une position différente.
Le tout repose sur un linteau orné de rosaces.

Maurice SCELLES, Conservateur du patrimoine,  dans l’ouvrage album « Visiter l’Abbaye de Moissac » Editions Sud-Ouest, écrit :
« Sous une embrasure profonde, le portail développe un programme iconographique cohérent. Autour du retour glorieux du Christ et du Jugement évoqués par le tympan sont représentés l’Ancienne et la Nouvelle Loi, l’Incarnation du Sauveur et le sort réservé au juste comme au pécheur. »

Ainsi sur le portail, côté  gauche de l’embrasure, le thème développé concerne le sort qui sera réservé à ceux qui auront péché par avarice, orgueil, luxure…
Sur le bandeau supérieur, « le mauvais riche et sa femme sont attablés, sourds aux plaintes du pauvre Lazare dont des chiens lèchent des ulcères. Son âme est recueillie par un ange et elle rejoint le sein d’Abraham, tandis que Saint Luc montre le texte de son évangile ».
« Sous les arcades, le mauvais riche mourant, et pleuré par sa femme, voit son âme emportée par les démons vers les tourments de l’Enfer, représenté à gauche. »
«  Au-dessous, l’Avare, une grosse bourse suspendue au cou et placé sous l’emprise du diable, refuse l’aumône à un mendiant, tandis que le panneau de droite met en scène une horrible représentation de la luxure°. »
° « une femme dévorée par les serpents et les crapauds abordée par un satyre terrifiant »

Sur le portail, côté droit, «  le registre supérieur évoque des épisodes de l’enfance du Christ (de droite à gauche la présentation au Temple, la Fuite en Egypte, la chute des idoles à l’arrivée de la Vierge et de son enfant. »
« Le registre médian concerne l’Adoration des Mages. Les trois rois avancent vers l’Enfant que désigne l’étoile. Derrière Marie encore alitée, Joseph se tient en retrait. »
Le registre inférieur est consacré à l’Annonciation et à la Visitation.

Au niveau du trumeau, la douceur mélancolique de Jérémie, sur le côté droit, la sévérité de Paul, sur le côté gauche, pour incarner l’Ancienne et la Nouvelle Loi. A l’avant, 3 couples de lions et lionnes croisés, « symbole d’une force ascensionnelle irrésistible ».

Enfin sur les piédroits, Isaïe, dont le phylactère annonce qu’une Vierge enfantera (ECCE VIRGO CONCIPIET) à droite, Saint Pierre tenant les clés du Paradis, et foulant au pied une créature diabolique, à gauche.

Après avoir contemplé le Portail, il reste au cheminant à le franchir pour pénétrer à l’intérieur de l’Abbatiale. « Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et sortira et trouvera un pâturage » (Parabole du bon Pasteur, Jean, 10-9)
Une porte de plus, sur le Chemin.

Le cheminant visite ensuite le cloître puis après une courte pause parmi les bronzes de la place autour de l'abbatiale, il part contempler le lieu d'union du Tarn et de la Garonne: deux chemins de l'eau s'unissent pour n'en faire plus qu'un. Un peu comme à Puente la Reina où le camino devient un et "francès".
Il porte alors son regard vers l'Ouest pour observer que le ciel se couvre de nuages de pluie...

Quelques liens: 

Ci-après des photos du Portail et bien sûr du Cloître ( photos prises le 10/11/2012).


La rencontre du Tarn et de la Garonne, à l'ouest de Moissac.

Le tympan

Le portail

Portail, côté gauche: l'avarice, la luxure...

Portail, côté droit, le Salut

Saint Pierre à gauche, les 3 lions et lionnes au centre, Isaïe à droite

Le tympan

Le cloître

 Les bronzes de la place Durand de Bredons

Un chapiteau du cloître.



Le tympan.


Le cloître

Le cloître

Le cloître

Les bronzes de la place Durand de Bredons

Les bronzes de la place Durand de Bredons
L'ouest se charge de nuages...
Les bronzes de la place Durand de Bredons










Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: