samedi 26 janvier 2013

Cheminer… avec la Piedra de mon ami !



… Les pas se succèdent, les pensées du cheminant sont ailleurs… vers des témoignages  adressés par ses amis lors de son pèlerinage et sur lesquels il réfléchit… En voici un exemple…

« A Saint Jacques avec mes parents, encore enfant, j'ai comme de nombreux pèlerins mis l'extrémité des doigts de ma main dans cette empreinte laissée dans la pierre. Je l'ai fait sans conscience, comme se pratiquent beaucoup de rites. Il suffit de douter ou de jouer pour le faire… J'ai surtout pensé et compris à ce moment-là, avec un peu d'incrédulité encore, qu'un peu de pierre partait avec chaque pèlerin, que ce détail pour moi était un accomplissement pour eux. Je me surprends pourtant à ce geste chaque fois que je parviens à un lieu inconnu, chaque fois qu'avec Anne Marie nous arrivons au terme d'un nouveau parcours lors de nos nombreuses balades, chaque fois que je vais à Cénac sur le caveau en pierre de mon Père. La pierre, qu'elle soit du chemin ou du lieu atteint, elle est ce qui reste, ce que beaucoup ont trouvé, que bien d'autres rencontreront. Amicalement, Etienne »

Photos de Pierre Louis BLAIX

Muxia




Pays basque espagnol

vendredi 25 janvier 2013

Statistiques du nombre de pèlerins de Compostelle de 1970 à 2012




Editorial Buen Camino et Gronze.com viennent de mettre en ligne des statistiques de pèlerins à Santiago sur la période 1970 – 1995. Si l’on fait l’hypothèse que ces statistiques sont fiables, leur mise en perspective avec les données de la période plus récente permet des observations intéressantes.

- Le seuil des 5 000 pèlerins par an n'a été franchi qu'en 1989.
- L'année 1993, année jacquaire, est l'année qui "révèle" le futur processus de croissance.
- Au cours des 20 dernières années, le nombre de pèlerins a été multiplié par 20.
- Dans les années 1992-2002, il a été multiplié par 7.
- Au cours des 10 dernières années, il a été multiplié par 3.
- l'effet "année jacquaire" est assez stable: autour de 100 000 pèlerins en plus (à 15% prés).


mardi 22 janvier 2013

Des Landes au Puy en Velay puis Santiago!



« Tous les matins, nous prenons le Chemin,
Tous les matins, nous allons plus loin,
Jour après jour, la route nous appelle,
C’est la voix de Compostelle.
Ultreia ! Ultreia ! »

Le départ a lieu le 11/04/2010, des Landes vers le Puy en Velay. Le 12, ce sont les premiers pas à partir du Puy vers Compostelle. Soixante-cinq jours de cheminement. Les derniers pas seront accomplis le 17 juin avec l’arrivée à 13h 45 sur le parvis de la Cathédrale de Santiago. Et chaque jour, une prise de notes. Au final, un livre° véritable journal de voyages ! Celui d’un pèlerin dans lequel tout autre pèlerin se reconnaît aisément! Bref un livre qui se savoure comme le petit déjeuner du matin, le casse-croûte du midi, la douche et « el menu del peregrino » du soir ! Une rencontre de plus sur le Chemin. Une trace… un bienfait !
 La vie quotidienne du cheminant, les « hauts » et les « bas » du moral, les petits tracas (ampoules…), les souffrances (genoux, tendinite, souffrance au talon, déhanchement…), les erreurs de balisage sur le terrain, les punaises de lit.
Et puis bien sûr les rencontres, les sourires, les joies ! Que de prénoms cités par l’auteur dans le récit ! Que de surnoms (« les trois bretons », « les compagnons bios »… ! parfois aussi des déceptions (« voilà c’est l’Espagne que je déteste ! Celle qui méprise totalement l’étranger »).

La recherche des gîtes, leur inégal accueil ou qualité de service ! les ronflements, les bouchons d’oreille. L’exubérance de certains…La météo, le froid et la neige de l’Aubrac, la pluie du Gers, le vent, la neige en Mai sur les Pyrénées !
La recherche de l’eau bienfaitrice aux fontaines, chez l’habitant,
Le rituel des petits déjeuners ! Les ravitaillements ! les « bocadillos » ou « platos combinados » ! les menus du « peregrino » ! les vins du camino…
Les levers très tôt le matin, les levers de soleil

Et puis, Et puis, les questionnements sur le Sens…le pourquoi !
«  Je rencontre beaucoup de croix et de petits mausolées, en souvenir de pèlerins qui, quittant ce chemin de douleurs, ont commencé ici un voyage beaucoup plus long. Je pense à ces proches qui leur avaient parlé au téléphone, la veille, décomptant les jours, en attendant la joie des retrouvailles, jusqu’à ce télégramme ou cet appel téléphonique…C’est dans ces moments, que les jambes et les bras, continuant inlassablement leur mouvement de balancier qui égrène le temps au rythme de la marche, deviennent totalement indépendants de l’esprit. Cet esprit qui, bizarrement, ne fait resurgir du passé, que les évènements douloureux. Ceux avec lesquels, on a gardé un compte à régler. »


° ouvrage de Pierre de Lune, éditions Lulu, 19€, bénéfices reversés à La Ligue contre le Cancer.

Photos Pierre de Lune.





lundi 21 janvier 2013

Cheminer et … calculer les distances parcourues par les pèlerins de Santiago en 2012.



Le questionnaire rempli par les 192 488 pèlerins ayant retiré la Compostella à Santiago en 2012 permet en principe de connaître la distance parcourue par chacun d’entre eux sur le camino emprunté.
L’exploitation de la base des données, complétée par un calcul des distances fournies par les Guides ou par Google Maps permet de dégager des conclusions assez claires pour résister à d’éventuelles incertitudes sur certains chiffres de la base de données du Bureau des pèlerins à Santiago.
-          1/3 des pèlerins n’accomplissent que les  100 kms nécessaires à l’obtention de la Compostella.
-          50% des pèlerins font moins de 220 kms.
-          Seulement 25% des pèlerins font plus de 700kms (par exemple ceux qui viennent de Saint jean Pied de port, du Puy…) 
            Seuls 3% cheminent sur plus de 1000 kms.








-       


vendredi 18 janvier 2013

Cheminer et en finir avec les chiffres…



… des Chemins de Compostelle qui s’ouvrent de plus en plus à de nouvelles « populations » !

      Chaque année, à Santiago, un pèlerin sur deux est espagnol. Les années jacquaires, ils sont au moins les 2/3 voire les 3/4 à l’être. En 2012, on enregistre une légère baisse du nombre de pèlerins espagnols : de près de 98 000 en 2011, ils sont un peu plus de 95 000 en 2012. Leur part relative dans le nombre total passe de 53% en 2011 à 50% en 2012.

 Les 5 pays les plus représentés sont respectivement l’Espagne (50% de l’effectif), l’Allemagne (15 617 pèlerins, 8%), l’Italie (6%), le Portugal (5%), la France (8121 pèlerins, 4%). Ces 5 pays représentent près de 75% du nombre total de pèlerins.

      Les « 4 pays » (Allemagne, Italie, Portugal, France) représentent ainsi autour du quart du nombre total de pèlerins à Santiago.

      Le poids de ces 4 pays (leur part relative) dans l’ensemble de tous les pèlerins de Santiago est « orienté » à la baisse.

      Les autres pays, environ 90 autres, constituent le dernier quart. Parmi eux, on relève une très forte hausse des pèlerins venus des 7 principaux pays anglophones (USA, Irlande, Royaume Uni, Canada, Australie, Afrique du Sud, Nouvelle Zélande) : +55% entre 2011 et 2012. Ces 7 pays  représentent ensemble près de 21 000 pèlerins, soit 11% du nombre de pèlerins total à Santiago. On note que le nombre de pèlerins d’origine USA a pratiquement doublé entre 2011 et 2012, avec désormais près de 7 100 pèlerins. Certains y voient l’effet d’entrainement du film « The way ».

       Le poids des pays autres que les 5 principaux est ainsi « orienté » à la hausse. En 2012, cette part a d’ailleurs dépassé pour la première fois celle des 4 pays européens regroupés (Allemagne, Italie, Portugal, France).Elle est de 26% pour 24% chez les « 4 pays ».

      Cette tendance à la hausse est vraie pour les « 7 principaux pays anglophones » mais aussi pour l’ensemble des autres pays (environ 90 pays).Cela tendrait à révéler que les chemins de Compostelle s’ouvrent à de nouvelles populations.








jeudi 17 janvier 2013


 Cheminer parmi combien de pèlerins ? Combien sont-ils à Saint Jean Pied de Port et Santiago ?

1-      Avec 45 400 pèlerins en 2012 à Saint Jean Pied de Port et 192 500 à Santiago, le nombre de pèlerins augmente respectivement de 14% à Saint Jean Pied de Port et 5% à Santiago.

2-      La part du nombre de pèlerins recensés à Saint Jean Pied de Port par rapport au nombre total de pèlerins à Santiago, hors année jacquaire, est stable : autour de 25%.Il y a donc sensiblement 4 fois plus de pèlerins à Santiago qu’à Saint Jean Pied de Port.

2 graphiques explicatifs :
-          Nombre annuel de pèlerins à Santiago et à Saint Jean pied de Port,
-          L’attractivité de Saint Jean Pied de Port












mercredi 16 janvier 2013


Cheminer, des chiffres en tête !

Les statistiques publiées par l’Office du Pèlerin de Santiago permettent une infinité de traitements statistiques.
Par exemple, par où passent-ils, ces pèlerins, quelle voie choisissent-ils en Espagne ?
Trois enseignements sont au moins à tirer de l’analyse des chiffres :

-         Les pèlerins passent principalement par le camino francès. Avec 135 000 pèlerins, par ce chemin, sur les 192 500 à Santiago, ils étaient 70% en 2012 à emprunter cette voie.

-          Parmi les autres chemins, ce sont les caminos portugueses qui sont les plus fréquentés, près de 26 000 pèlerins, 13% de l’ensemble. Le camino del Norte (près de 13 000 pèlerins en 2012), la via de la Plata (8 200), le camino primitivo (6300), le camino inglès (3600) sont moins fréquentés.


-           Même si le camino francès reste de loin le plus fréquenté, son attractivité relative a diminué depuis 2005 permettant à celle de l’ensemble des autres chemins de doubler et de passer de 15 à 30%.

Trois graphiques :
-          Combien sont-ils sur les Chemins de Compostelle ?
-          Par où passent-ils lorsqu’ils ne sont pas sur le camino francès ?
              L’attractivité relative des chemins.








-