mardi 26 mars 2013

Le classement du chemin de Saint Jacques en « premier itinéraire culturel européen » par le Conseil de l’Europe.



J’ai voulu retrouver les termes exacts contenus dans les documents officiels du Conseil de l’Europe et classant le chemin de Saint Jacques en « premier itinéraire culturel européen ». Je les ai trouvés sur le site de la fondation Parou à travers 2 articles de Louis Mollaret que je reprends ci-après.


1-      Texte adopté par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, le 28/06/1984.

En 1984, l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe a reconnu la place particulière du chemin de Saint-Jacques et recommandé de "s’inspirer de son exemple comme point de départ d’une action relative à d’autres itinéraires de pèlerinage" (recommandation 987 adoptée par la Commission Permanente agissant au nom de l’Assemblée, le 28 juin 1984, trente sixième session ordinaire)
« L’Assemblée,
1. Ayant pris acte du rapport de sa commission de la culture et de l’éducation sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle et autres itinéraires européens de pèlerinage ;
2. Consciente du rôle que ces itinéraires ont joué dans le développement de certaines villes, dans la création d’institutions religieuses et laïques et, en un mot, dans la création d’une véritable infrastructure pour le pèlerin ;
3. Soulignant l’importance du patrimoine architectural lié aux itinéraires de pèlerinage ;
4. Notant que les contacts religieux et culturels résultant de ce mouvement considérable de pèlerins à travers toute l’Europe ont constitué une première étape vers l’interculturalisme et l’unité européenne ;
5. Reconnaissant l’importance historique et particulière du chemin de pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, et relevant l’existence, dans plusieurs pays, d’associations qui s’attachent à mieux faire connaître les itinéraires de pèlerinage,
6. Recommande au Comité des Ministres, en s’inspirant de l’exemple du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle comme point de départ d’une action relative à d’autres itinéraires de pèlerinage :
I. d’encourager une coopération entre les Etats membres destinée à préserver conjointement les itinéraires internationaux de pèlerinage - par exemple une action concertée en vue de faire figurer les itinéraires les plus significatifs et leurs monuments sur le Répertoire du patrimoine mondial de l’UNESCO ;
II. de demander aux gouvernements des Etats membres du Conseil de l’Europe d’encourager les villes situées sur des routes de pèlerinage à coopérer à des activités communes portant sur la conservation des édifices se trouvant sur ces itinéraires et de les faire mieux connaître, et d’associer la Conférence permanente des pouvoirs locaux et régionaux de l’Europe à cette initiative ;
III. de promouvoir le tourisme culturel le long de ces itinéraires en collaboration avec les organisations européennes de tourisme ;
IV. d’autoriser l’utilisation d’un emblème spécial du Conseil de l’Europe par les villes et par d’autres institutions qui participent à la sauvegarde et à la promotion des itinéraires de pèlerinage. »

2- La déclaration de Saint Jacques de Compostelle du 23/10/1987.

« Il faudra attendre 1987 pour que soit précisée la notion d’Itinéraire culturel Européen. »  
« Le sens de l’humain dans la société, les idées de liberté et de justice et la confiance dans le progrès sont des principes qui historiquement ont forgé les différentes cultures qui créent l’identité européenne. Cette identité culturelle est, aujourd’hui comme hier, le fruit de l’existence d’un espace européen chargé de la mémoire collective et parcouru de chemins qui surmontent les distances, les frontières et les incompréhensions.
Le Conseil de l’Europe propose aujourd’hui la revitalisation de l’un de ces chemins, celui qui conduisait à Saint-Jacques de Compostelle. Ce chemin, hautement symbolique dans le processus de construction européenne, servira de référence et d’exemple pour des actions futures.
Pour cela, nous faisons appel aux autorités, institutions et citoyens pour :
1. Poursuivre le travail d’identification des chemins de Saint-Jacques sur l’ensemble du territoire européen ;
2. Etablir un système de signalisation des principaux points de l’itinéraire par l’utilisation de l’emblème proposé par le Conseil de l’Europe ;
3. Développer une action cordonnée de restauration et de mise en valeur du patrimoine architectural et naturel situé à proximité de ces chemins ;
4. Lancer des programmes d’animation culturelle afin de redécouvrir le patrimoine historique, littéraire, musical et artistique créé par les pèlerinages à Saint-Jacques de Compostelle ;
5. Promouvoir l’établissement d’échanges permanents entre les villes et les régions situées le long de ces chemins ;
6. Stimuler, dans le cadre de ces échanges, la création artistique culturelle contemporaine pour rénover cette tradition et témoigner des valeurs intemporelles de l’identité culturelle européenne. »
« Ainsi par la déclaration de Saint-Jacques de Compostelle, 23 octobre 1987, les chemins de Saint-Jacques de Compostelle ont été reconnus premier Itinéraire culturel européen du Conseil de l’Europe. Là se trouve le point de départ de l’extension contemporaine du pèlerinage et le tracé de nombreux itinéraires en Europe. »
« Nous sommes obligés de constater que la volonté de l’Assemblée Parlementaire, exprimée en 1984, n’a pas été pas suivie d’effets pour les itinéraires de pèlerinage autres que Compostelle. La déclaration de 1987, a consacré les chemins de Compostelle comme seul Itinéraire Culturel Européen. Il a fallu l’opiniâtreté d’une association privée pour faire accepter, en 2004, la Via Francigena. Ensuite l’Itinéraire Saint-Martin est venu lui-aussi entamer l’hégémonie que la Galice avait réussi à imposer. » 

http://www.parou-saint-jacques.info/spip.php?article39



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: