lundi 17 mars 2014

Cheminer auprès de l’Eglise Notre Dame de la fin des Terres à Soulac, sur la Voie du Littoral,



« A partir du XVème siècle, elle subit les assauts conjugués de l’eau et du sable… l’édifice disparut totalement sous la dune durant des siècles. Ce n’est qu’en 1860… qu’elle resurgit de l’oubli. » Francis Zapata, Les Chemins de Saint Jacques en Gironde, Editions Sud- Ouest.

NB: la carte jointe est extraite de l'ouvrage de Francis Zapata. La plage est celle de Soulac, avec au loin le phare de Cordouan!






lundi 3 mars 2014

Cheminer parmi tous les âges !... ou lorsque les moins de 20 ans sont 2 fois plus nombreux que les plus de 65 ans sur les Chemins…



Les statistiques publiées par le Bureau des pèlerins à Santiago permettent, pour certaines années, d’accéder à un niveau relativement détaillé des âges des pèlerins retirant la Compostela. C’est ainsi possible de 2006 à 2009. Alors il est intéressant de noter  que si 1 pèlerin sur deux a entre 36 et 65 ans, un tiers a entre 19 et 35 ans, sensiblement  10% ont moins de 19 ans. Les « seniors » de plus de 65 ans, environ 5% de l’effectif, côtoient parfois  le gros millier de pèlerins les plus jeunes, les moins de 13 ans, surtout vraisemblablement dans les derniers kilomètres… En simplifiant, on dira que les moins de 19 ans sont sensiblement 2 fois plus nombreux que les plus de 65 ans ! 12000 pour les moins de 19 ans, 6500 pour les plus de 65 ans.



samedi 1 mars 2014

Et si les français « boudaient » les Chemins de Compostelle ?



La question peut venir à l’esprit quand on voit que la représentation française à Santiago représente une part de plus en plus faible dans le nombre total de pèlerins, même pas 4% en 2013, à peine plus de 8300 pèlerins.
La croissance du nombre total de pèlerins à Santiago est 3 fois plus forte que celle des seuls pèlerins français en ce même lieu. Il suffit de considérer les années 2005  (pour ne pas intégrer l’effet de l’année jacquaire) et 2013. Dans un cas la croissance est +16% par an, en linéaire, base 100 en 2005, de +5% dans l’autre cas.
Il faudra donc s’habituer à avoir une probabilité de plus en plus faible pour cheminer « français » sur les chemins de Compostelle vers Santiago ! Une occasion accrue pour découvrir … l’Autre !