vendredi 27 octobre 2017

Camino 2017 : Etape-2, Hornillos del Camino - Castrojeriz.

Camino 2017 : Etape-2, Hornillos del  Camino - Castrojeriz.

Mardi 5 septembre 2017,
Une étape de 21 km, sans difficulté particulière, qui s’effectue en 5 heures environ ! le chemin, toujours situé à 800 – 850 m d’altitude, est fait de longues lignes droites et obéit à un profil sensiblement plat. Seuls deux villages sont traversés : San Bol, 6.5 km après le départ, Hontanas, au bout de 12 km. Inutile de préciser, qu’après les avoir traversés, le pèlerin ne les oublie pas, surtout celui d'Hontanas, dont l'entrée libère un sentiment de joie!  
Juste avant Castrojeriz, l’ancien Convento de San Anton et la Collégiale Santa Maria del Manzano.
Deux "arroyos" sur le chemin et donc deux ponts: el arroyo de San Bol, el arroyo de Garbanzuelo, après Hontanas. Mais très peu d'eau.
Un chemin propice à une relation privilégiée avec la nature : les restes de la nuit, l’arrivée progressive du soleil dans le dos, la projection de l’ombre du pèlerin sur le sol, la chaleur qui s’installe, la poussière du chemin, le silence, une forme de méditation, le regard porté vers les couleurs ocre, jaune, marron, terre d’ombre brûlée… la présence d'un troupeau d'ovins avant Hontanas, toujours le même berger, parfois un bruit qui rappelle que la chasse est ouverte, et encore le silence…
Peu de pèlerins, tiens un vendeur « donativo », il propose entre autres une croix de bois en Tau. L’occasion de réfléchir  à Saint François d’Assise (1182 – 1226), le Poverello d’Assise, l’apôtre aux pieds nus et à la croix en Tau !
Arrivée à Castrojeriz à 13 heures, sous le regard de 2 têtes de mort et os entrelacés sur le mur d’une église, en bord de chemin. Ils rappellent la fragilité de la vie et incitent à l’humilité !
A l’albergue, j’ai préféré un petit hôtel, Jacobus !

Extrait de Wikipedia :
« La croix de Saint-Antoine ou croix en tau est une croix qui prend la forme de la lettre grecque tau.
Dans la religion chrétienne la capitale majuscule « Tau » = T grec ou bien Taw (dernière lettre de l'alphabet hébreu) fut d'abord un signe des religieux et chevaliers Antonins (ordre de saint Antoine Le Grand), lesquels s’occupaient des lépreux et le portaient avec une clochette en amulette gravé.
Cette lettre appelée Tau (ou Taw), est ensuite devenue le symbole franciscain par excellence car il a la forme d'une croix, celle du Christ.
« Saint François d'Assise utilisait souvent ce signe. Il l'a dessiné sur des maisons, des murs et des arbres. … Le Tau était pour François le signe de l'élection divine, comme cela est décrit dans le livre du prophète Ézéchiel au chapitre 9, verset 4 : "Marque d'un tav au front" et verset 6 :"Mais quiconque portera la croix au front ne le touchez pas."
Avant que le châtiment ne tombe sur la ville de Jérusalem, le Seigneur laisse le soin aux justes de se signer sur le front avec la lettre Tau. Ainsi, à la fin des temps tous ceux qui appartiennent au Christ seront reconnus et libérés à travers ce signe.
Le Tau est donc un symbole pour la famille franciscaine : testament de François, un signe de bénédiction et de paix. Ce signe rappelle la Croix, il est le signe de la libération.
On trouve un Tau peint de la main de saint François sur les murs de l'ermitage de Fonte Colombo où il écrivit sa Règle des frères Mineurs, dans la vallée de Rieti en Italie ainsi que sur les murs d'autres cellules. Le quatrième concile de Latran en 1215 auquel François assista fait allusion à ce Tau en la personne du Pape Innocent III :
« Tau est la dernière lettre de l'alphabet hébreu, et sa forme dessine une croix, telle du moins que se présentait la croix avant la pose de l’écriteau de Pilate. TAU est le signe que l'on porte au front si l'on manifeste dans toute sa conduite le rayonnement de la croix ; si, comme dit l'apôtre, on crucifie sa chair avec les vices et les péchés ; si l'on affirme : Je ne veux mettre ma gloire en rien d'autre que dans la croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde a été crucifié pour moi, et moi pour le monde... Soyez donc les champions du Tau et de la croix ! »
Le Tau, pour saint François d'Assise, est :
·         certitude de salut, à cause de la victoire du Christ sur le mal ;
·         universalité du salut : « Par ta sainte Croix, tu as racheté l'univers » ;
·         symbole de conversion permanente et de désappropriation totale. Se convertir, se laisser marquer du Tau, c'est se faire pauvre ;
·         exigence de mission et de service d'autrui, parce qu'il rappelle que le Seigneur lui-même s'est fait notre Serviteur jusqu'à la mort. François sera donc, lui aussi, serviteur de Dieu et serviteur de ses frères, dans tous ses actes, dans sa prière comme dans sa prédication ;
·         signe de la bonté et de l'Amour de Dieu. »














































Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations:

Article publié le plus récemment:

Récapitulatif statistique des chiffres à Santiago et Saint Jean Pied de Port:2000-2019

 Les graphiques présentés sont issus des données diffusées par le Bureau des pèlerins à Santiago ou l'Accueil des Amis du Chemin de Sain...