jeudi 8 février 2018

Les chiffres de Compostelle.



1-L’analyse des statistiques globales diffusées par le Bureau des Pèlerins à Santiago et rendant compte du nombre de pèlerins retirant la Compostela montre (voir graphique 1) une forte dynamique de fréquentations des caminos aboutissant à Santiago.
A partir de la base de données, accessible pour la période 2004-2017, on relève par exemple un taux de croissance annuel moyen de 10,2% entre 2005 et 2017, 11,9% entre 2005 et 2009 (entre 2 années jacquaires, 2004,2010), 8,6% depuis 2011, 8,3% entre 2016 et 2017, bref des taux toujours très élevés.
NB : on rappelle qu’en 1990, le nombre annuel des pèlerins à Santiago était de l’ordre de 5.000. Dix ans plus tard, en 2000, il était multiplié par 11. Le cap des 100.000 a été atteint en 2006, celui des 200.000 en 2013, 7 ans plus tard, et donc celui des 300.000 en 2017, 4 ans plus tard. On se réfèrera au graphique 13 pour avoir les détails.
NB : aujourd’hui près des 2/3 du nombre annuel des pèlerins arrive à Santiago de Juin à Septembre : presque 200.000 pèlerins parmi 301.036. Voir le graphique 14.
2-L’attractivité comparée des divers caminos en Espagne, en 2017, témoigne de la prééminence du camino Francès (voir graphiques 2 et 3).
-          Le camino Francès attire 60% de l’effectif total ayant retiré une compostela en 2017, à Santiago. Sur 301 036 pèlerins, 180 738 ont choisi le Francès.
-          Le camino Portuguès, avec 59 235 pèlerins, arrive en 2ème position, 20% de l’ensemble, soit 3 fois moins que le Francès.
-          Ces 2 caminos assurent réunis  près de 80% de l’ensemble des pèlerins.
-          Le camino del Norte et le camino Primitivo cumulent ensemble sensiblement 10% du total, chacun étant autour de 5%.
-          Les autres chemins, moins fréquentés, tels le camino Inglès, la Via de la Plata,… assurent regroupés les derniers 10%.
3- L’évolution du nombre de pèlerins sur le camino Francès suit la tendance générale mais rend compte d’un certain tassement dans sa croissance (voir graphiques 4 et 5), plus particulièrement depuis 2011. Les taux de croissance observés sont plus faibles que ceux enregistrés au niveau global.
4- Ainsi l’attractivité du camino Francès, considérée en part relative, diminue significativement (voir graphique 6).
-          Entre 2005 et 2017, elle passe de 85% à 60%, soit -25%.
-          L’ensemble regroupé de tous les autres chemins évolue de 15% en 2005 à 40% en 2017
5- Bien sûr, cela ne signifie pas que le nombre de pèlerins sur le camino Francès diminue, preuve en est qu’entre 2005 et 2017, il a enregistré plus de 101000 pèlerins en plus, l’ensemble des autres chemins en captant près de 106 000, pour leur part. L’accroissement total de fréquentation entre 2005 et 2017 s’élève à plus de 207 000 pèlerins. Le Francès a accueilli 49% de la croissance, l’ensemble des autres chemins, 51% (voir graphiques 7 et 8).
6- C’est le camino Portuguès qui, après le camino francès, a le plus profité de la croissance 2005-2017 : il a recueilli un quart de la croissance, avec un gain de fréquentation de près de 54 000 pèlerins (voir graphique 9).
7- L’ensemble Norte-Primitivo (voir graphique 9) a absorbé un huitième  de la croissance, légèrement plus que les autres chemins (camino Inglès, via de la Plata…). Dans les 2 cas, le gain est de l’ordre de 26 000 pèlerins. L’ensemble Norte-Primitivo représente 31 520 pèlerins en 2017, 57% au titre du Norte, 43% pour le Primitivo (voir graphique 10).
NB : on trouvera au graphique 25 une analyse mensuelle de la fréquentation du Norte et du Primitivo pour 2017.
8- La dynamique du camino Portuguès est confirmée sur les 5 dernières années (voir graphique 11 et 12) : il a accueilli près d’un tiers des nouveaux pèlerins, tandis que le camino Francès en recevait 41%. Son attractivité atteint désormais pratiquement 20%.
9- L’attractivité des autres caminos reste encore mineure en termes de fréquentation.

10-Les lieux de départ des pèlerins sont extrêmement divers mais les 4 les plus cités représentent à eux seuls plus de 50% du nombre total des pèlerins à Santiago. Ce sont respectivement par ordre décroissant de fréquentation : Sarria, près de 80.000 pèlerins, Saint Jean Pied de Port, un peu plus de 33.000, Oporto, Tui, les 2 autour de 20 à 22.000 pèlerins. Le graphique 15 rend compte du Top 20 des lieux de départ en 2017.
Parmi les 301.036 pèlerins ayant retiré la compostela en 2017, près de 40.000, soit 13.3% du total, sont partis de France et dans 83% des cas ils sont partis de Saint Jean Pied de Port. Ce sont en effet 33.177 pèlerins qui sont partis de Saint Jean Pied de Port. Voir graphique 16.
Les graphiques 17 et 18 analysent les mois d’arrivée à Santiago pour les pèlerins ayant effectué leur départ à Saint Jean Pied de Port. On note par exemple qu’en novembre 2017 plus de 20% des arrivées à Santiago correspondaient à des pèlerins partis de Saint Jean Pied de Port.
Nb : le graphique 26 rend compte de l’évolution des fréquentations à Saint Jean Pied de Port jusqu’en 2016. On regrettera l’absence d’informations sur 2017.
11- Ce sont les espagnols qui sont les plus représentés à Santiago, 132.478 parmi 301.036, soit 44% de l’ensemble. Les 2 autres pays les plus représentés sont l’Italie et l’Allemagne. La France, avec 8.835 pèlerins arrive en 6ème position (voir graphique 19)
12- Les pèlerins français ne sont plus que 3% de l’ensemble et leur part ne cesse de décroître (voir graphiques  20, 21,22). C’est en Mai et Juin qu’il y a le plus de pèlerins français à l’arrivée à Santiago.
13- Au total, près de 50% des pèlerins accomplissent autour de 100km, la distance nécessaire pour obtenir la compostela. La part de ceux qui accomplissent au moins 700 km est de l’ordre de 20%.
Le graphique 23 détaille les résultats.
14- Notons enfin la présence de plus en plus nombreuse de femmes sur le chemin. Voir le  graphique 24. Elles sont aujourd’hui presque aussi nombreuses que les hommes.




























Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: