samedi 1 mars 2014

Et si les français « boudaient » les Chemins de Compostelle ?



La question peut venir à l’esprit quand on voit que la représentation française à Santiago représente une part de plus en plus faible dans le nombre total de pèlerins, même pas 4% en 2013, à peine plus de 8300 pèlerins.
La croissance du nombre total de pèlerins à Santiago est 3 fois plus forte que celle des seuls pèlerins français en ce même lieu. Il suffit de considérer les années 2005  (pour ne pas intégrer l’effet de l’année jacquaire) et 2013. Dans un cas la croissance est +16% par an, en linéaire, base 100 en 2005, de +5% dans l’autre cas.
Il faudra donc s’habituer à avoir une probabilité de plus en plus faible pour cheminer « français » sur les chemins de Compostelle vers Santiago ! Une occasion accrue pour découvrir … l’Autre !






Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: