jeudi 2 janvier 2014

Le dernier pas, poème de Josuah REY.



Josuah REY a mis en ligne, fin décembre 2013, sur « Cheminer », ce beau poème, « le dernier pas ».

" Ce poème peut paraître trop obscur pour ce temps de fêtes et de renaissance mais, pourtant, il me semble à sa juste place dans le temps du calendrier.
Avant de quitter cette année et ses chemins, il me reste à parler de ceux auxquels le chemin a donné le goût de reprendre leur pas et de survivre, de ceux qui continuent à errer dans l'obscurité de leur quête, de ceux qui n'ont pas trouvé leur chemin de vie et sont partis, sans se retourner. À tous ceux-là,  je veux redonner un instant d'existence. Penser à eux avec une infinie tendresse."
Josuah.

LE DERNIER PAS.

« ...Et puis, il y a ceux qui ne prendront plus le chemin
La face contre terre, foudroyés, arbres creux
Qu'un hiver a gelé jusqu'au fin fond de l'âme
Et qui laissent leur vie, sans refermer la porte
S'éteindre dans le soir en demandant pardon.

Ils sont de ceux, qui, les bras ballants
Ne dresseront un doigt au vent
Pour savoir d'où vient le bonheur
Ne chanteront avec le coq
Sur des clochers que l'aube emporte.

Ils ont, blanches, les mains, tant qu'à force d'étreindre
Jusqu'à casser leurs os leur bâton de fortune
Ils n'ont pour vêtement qu'un vieux chiffon de lune
Et se torchent le coeur, quand ils pleurent dedans.

Ils n'ont pas de nom pour nommer l'inexistence
De leur corps affûté au silex des jours
Pas de regard aux yeux, pas de mots pour leur langue
Impuissants et frileux, pas de rêves d'amour.

Ils sont loin devant nous, leurs pas n'a pas de trace
Ils marchent titubants dans l'impalpable absence
Ils marchent derrière nous, et leur ombre nous laisse
Comme une plaie au front quand ils glissent vers nous.

Ils sont fourbus d'errance, ni la terre, ni le ciel
N'ont connaissance d'eux et leur tendent la main
Ni toi, ni moi, passant, étranger, pèlerin
Ne les sentons passer, ces êtres vulnérables
Qui s'éteignent sans bruit et dont nul ne sait rien. »

Josuah.

L'image jointe est de Josuah REY.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: