samedi 9 février 2013

Cheminer… avec « Le Fou de Compostelle° », Paul Racette, le Canadien.

Je viens de finir de lire l’ouvrage de Paul Racette, « Pèlerinage extrême », récit de son pèlerinage en Octobre 2007.J’avoue avoir été frappé par l’enthousiasme et l’émerveillement qui animent l’auteur. Est-ce seulement la Foi dans le Créateur et la Création ? Est-ce son expérience de vie en tant que Diacre, aidant, conseiller moral ? Sa Foi en la Vie ? De fait, le lecteur se trouve emporté dans un tourbillon de prières, de louanges, de chansons et de danses sur le Camino ! La Joie ! Le Rire ! What a wonderful word !
D’Astorga à Compostelle, l’auteur, venu réaliser le rêve d’un ami emporté par un cancer du côlon, dit et témoigne de son émerveillement quotidien. Chaque jour sur le Chemin devient la plus belle journée du pèlerinage, scandée par les rencontres avec la Nature et les Êtres du Monde entier.
Les journées commencent très tôt car une Force le pousse à établir un lien au plus vite avec Dieu, cette Force qui le pousse dans la nuit sous le regard des étoiles !
« Les petites bulles pleines d’eau » sous ses pieds, infectées ou pas, les souffrances musculaires, sont des épreuves qu’il surpasse, en témoignage de tous ceux qui l’observent dans son cheminement, qu’ils soient de Terre ou du Ciel !...
…  Le rituel de la cueillette d’une fleur dès le matin, destinée à son épouse, le besoin de prier, la louange au Créateur, les pensées pour les enfants, les amis vivants ou non ,la cache de la Cruz de Ferro, le désir de « reculer » l’arrivée pour mieux profiter encore, avant d’atteindre l’Apôtre Jacques !
Mais aussi, la rencontre avec les Signes, le Phénoménal, le Surnaturel, l’Esprit du Mal, les cadeaux du Ciel !
Autant d’éléments qui ne laissent pas indifférents le lecteur, qu’il soit croyant ou pas, dans cet univers d’amitié qu’incarne le Chemin !
A son retour au Québec, l’auteur se trouvera pendant 22 mois prisonnier de douleurs intenses dont la médecine aura bien du mal à identifier la source. En pratiquant « un ministère de délivrance et de guérison », des personnes éloigneront l’Esprit du Mal, permettant à l’auteur de retrouver son équilibre physique et de retrouver une vie normale !… 
«  Je ne pourrai jamais dire jusqu’à quel point la Providence a été bonne pour moi avant, durant et après ce périple. J’en remercie le Ciel. »

° surnom donné à Paul par un de ses amis, Sylvain.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: