lundi 1 août 2011

Derniers pas d’essai…premiers pas d’humilité…

Les derniers pas d’essai s’exercent  dans la seconde moitié de Juillet dans les Pyrénées, à Bagnères de Luchon.
Autant la chaleur a présidé aux randonnées des mois de mai, juin, début juillet, autant désormais la pluie, le froid, le vent, rythment les journées de la deuxième quinzaine du mois.
C’est l’occasion d’expérimenter le coupe-vent, la polaire, de tester des chaussures à tige basse, de nouvelles chaussettes, … et d’en tirer enseignement.
Les chemins  sont souvent étroits et les cailloux ou roches, herbes ou feuilles, qui les recouvrent, sont rendus glissants par le ruissellement des eaux. Les pas  s’accomplissent parmi des éléments défavorables et obligent à une attention plus soutenue. L’eau, élément de vie, si rassurant, devient souvent porteuse de dangers, dans un cheminement où montées et descentes font le dénivelé et la performance de la randonnée.
Autant les randonnées sont privilège par beau temps, autant elles sont épreuves par mauvais,  lorsque la nature choisit de « boucher » les paysages et de recouvrir l’horizon du marcheur d’ombres de nuages maléfiques. Les « sommets » sont cachés, le randonneur n’est pas jugé digne de les contempler.
Il suffit alors d’un rien, un simple ruisselet à franchir, pour que le pas libère une blessure .Ce qui était évident perd en un instant sa pérennité, et le handicap succède à la facilité et à l’insouciance.
Les pas avaient porté un projet sans laisser augurer une quelconque embuche. En favorisant une forme d’égoïsme, ils avaient caché au marcheur la réalité de certains pièges amplifiés par l’âge et condition physique de l’individu. Rien n’est jamais acquis, tout est réversible en permanence.
Le Miroir se dresse devant le futur pèlerin, et les jours qui suivent sont des temps de doute et de questionnements. Les regards portés vers les curistes des Allées d’Etigny se font plus attentifs aux diverses formes de handicap qui s’y observent…
Les deux derniers jours du mois, passés allongé sur le lit, permettent alors de retrouver par les forces de la pensée et de l’esprit, une infinité de moments de vie avec ceux dont ces deux jours sont jours d’anniversaires.
Entrée et Sortie du Chemin de la Vie.
Le Miroir met le futur pèlerin face à aux deux Etres qui l’ont précédé dans le Vrai passage…




Le Père, la Mère, Le Fils… 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: