mardi 6 novembre 2012

La Chapelle romane Notre Dame d’EUNATE, « les 100 portes ».


A quelques pas de PUENTE la REINA, 5 kms à l’est, sur la voie aragonaise, la chapelle de Notre Dame d’EUNATE.
Ce lieu exceptionnel où « tout concourt à un sentiment de dépouillement, propice à la méditation »° a fait l’objet de diverses approches historiques. EUNATE, en basque signifierait « les  100 portes » (allusion aux nombreuses arcades), un sanctuaire, une chapelle mortuaire attribuée aux Templiers, dédiée aux pèlerins qui mouraient sur le chemin. Pour le cheminant que je suis, peu importe la totale vérité historique !
Je préfère découvrir ce qu’une vision « alchimique » des signes rencontrés en ce lieu peut apporter au cheminant comme éléments de réflexion et d’approfondissement spirituel, telle celle proposée par Patrick BURENSTEINAS°°, scientifique passionné d’alchimie. Le chemin de Compostelle est en effet imprégné d’alchimie. Et il serait antérieur à Saint Jacques !
Ce qui frappe d’abord le cheminant, à l’approche de la chapelle, c’est sa forme, octogonale. Pour BURENSTEINAS, la forme octogonale symbolise la quête du divin et elle est peut être inspirée de l’Eglise du Saint Sépulcre de Jérusalem.
Trois lignes d’énergie entourent le centre de ce lieu sacré et définissent une triple enceinte conduisant de la matière au spirituel et aboutissant au divin, lieu d’accueil de la lumière.
Au cœur de la chapelle, une Vierge°° et son fils, tous deux couronnés d’or. La main gauche de la Vierge soutient l’enfant, la main droite tient une gerbe de blé. Le fils est porteur en main gauche  d’un livre peint  en noir symbolisant la matière première de l’œuvre chère à l’alchimiste. Sa main droite levée porte le trois de la trinité et la force du jugement.
Symbolique du rappel de l’obligation pour l’homme de travailler et fatiguer sans cesse la matière noire de son corps pour accomplir une œuvre qui conduit à la purification, à la matière vierge (symbolisée par la couronne d’or de la Vierge) et à la lumière (la gerbe de blé).

« Pour ma part, je suis totalement tombé sous le charme de cette petite chapelle octogonale, ceinte d’une galerie à arcades aux chapiteaux finement sculptés… on y découvre d’étranges figures humaines, aux barbes et moustaches s’allongeant démesurément en volutes et entrelacs, qui ne sont pas sans rappeler les motifs irlandais du haut Moyen Âge… »°
Autre élément interrogatif : l’escalier en colimaçon dont certains prétendent qu’il conduisait à une lanterne des morts allumée sur le toit. 
° voir Patrick HUCHET et Yvon BOËLLE dans « Sur les Chemins de Compostelle », éditions Ouest France.
°° Dans le Film « Le voyage alchimique » de Georges COMBE, PGA Films.

NB : Selon Patrick BURENSTEINAS, la Vierge était sans doute à l’origine une Vierge noire. De plus la forme octogonale de la chapelle renverrait aussi à Mercure, le Messager des Dieux. Ce serait Mercure qui apporterait la lumière du Divin, reçue de Michael, Michel, Saint Michel, le protecteur de l’ordre du Temple, et guide des alchimistes. Peut-être les Templiers ont-ils pratiqué l’alchimie dans la chapelle ! La Vierge est une autre protectrice de l’ordre du Temple.
Quelques liens très intéressants :





















Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: