mardi 6 novembre 2012

Les poèmes sur le Chemin, l’exemple de Josuah Rey.

La poésie est un Art. Celui de combiner les sonorités, les rythmes, les mots d’une langue pour évoquer des images, suggérer des sensations, des émotions. C’est ainsi que le Petit Larousse la définit.
Cet Art, Josuah REY, pèlerine du Chemin, en témoigne à travers la soixantaine de poèmes qu’elle vient d’éditer dans son recueil « Mon Chemin de Compostelle, Verdurlure et Carabistouilles »°.
« Elle se dit poète, sans prétention car c’est comme un courant de mots qui passe à travers elle, la submerge et l’emporte. Elle ne fait que prendre la plume et se laisser aller à l’envol. »

 Josuah REY écrit : « Il y a plusieurs façons de faire le Chemin de Compostelle et, bien que certains pèlerins se préparent avec minutie, on ne choisit pas ce que l’on va vivre. Et c’est ça le cadeau! Que ce chemin soit de joies ou de larmes, que l’on s’aille cabriolant ou que l’on tire sa tendinite comme un âne récalcitrant, que l’on panse d’immenses déchirures, il y a toujours quelque chose d’important à vivre.  Je ne savais pas ce que serait le chemin mais c’était mon chemin. J’y ai cueilli des rencontres magnifiques, des échanges poignants, des générosités à vous brûler le cœur, des silences bouleversants... Et ce chemin, je le porte en moi. Aujourd’hui je vous l’offre, parce qu’il fut bel et bon, parce que j’y ai cueilli des brassées d’êtres et des instants magiques qui m’ont ouvert le cœur… Je vous les ai rapportés dans ma musette avec tous les parfums de la vie…

Lors d’une interview°°, elle se confiait :
 « J'ai pris le Chemin de Compostelle en 2008. J'étais dans une passe difficile. Je l'ai fait en écrivant énormément dans un rapport à la nature très intense. Sur le Chemin, j'ai aussi beaucoup chanté dans les églises, sur les places,... Je rencontrais les personnes âgées, je mettais mon nez de clown, je chantais. Une fois, j'ai frappé à la porte d'une école et me suis présentée comme la pèlerine poétesse qui vient partager ses poèmes.
J'ai décidé de m'accomplir, d'être moi-même, de me révéler en tant que poète, de ne plus le vivre dans la souffrance. L'écriture est un cadeau pour moi : j'éprouve beaucoup de plaisir et d'émotions.
L'inspiration me vient en grande partie par bouffées, quelquefois 3 ou 4 poèmes : ça coule, ça monte, souvent la nuit dans le noir,... Alors je prends ou je ne prends pas... D'autres fois, je me mets en position d'écrire, mais c'est différent, moins excitant, mais ça vient aussi.
J'ai sélectionné 58 poèmes qui seront publiés à mon compte dans un recueil sous le titre Mon Chemin de Compostelle – Verdurlure et Carabistouilles
Ils feront aussi l'objet d'un spectacle. »

Voici 3 poèmes extraits de son recueil, offerts par Josuah REY. Tous les autres portent la sensibilité, l'émotion, la malice, la dérision...
" ... Josuah nous attrappe, elle nous enveloppe de ses poèmes et nous voici partis avec elle, avec autant d'envie que de crainte mais avec toujours la certitude que nous irons ensemble jusqu'au bout de ses mots."
Fanchon BAUDEMOULIN.

EMPREINTES DE PAS
Saugues le 29 mars 2008

Vois, tous ces pas qui se poursuivent
Qui se confondent, s'interpellent
S'échangent l'empreinte d'une semelle
Se détournent ou s'entremêlent.

Vois, tous ces pas courir la route
Charnus, profonds, la pointe en doute
Ou le sceau gravé d'un talon
Comme seigneurie son blason.

Vois, tous ces pas qui se distinguent
Pressés, bavards, peureux ou dingues
À s'égayer à saute-crête
Comme un coq, des pattes et du bec
Usant des bottes de sept lieues
Pour se ruer au cou de Dieu.

Vois, tous ces pas pleurer sur terre
Ces ruisseaux gonflés de misère
Ces ornières de plaies qui se creusent
Ces cœurs déchirés au silex.

Vois, sangloter dans la douleur
La cadence ivre du marcheur
Qui se retourne sur ses pas
Dans la rage de son combat.

Vois ces pas rire à bouche pleine
Dans des souliers, gueules fendues
Vois leur cuir s'accordéonner
Sur la courbure de leurs pieds.


Vois, ces pas qui vont zigzaguant
Qui glissent et se tordent le cou
À jouer avec les cailloux
À la marelle ou saute-loup.

Vois, ces pas qui ne disent rien
Qui n'entrouvrent pas une main
Et s'enfoncent, noueux et sauvages
Par les guérets et les bocages

Puis, marquant lourdement leur trace
Écrasés dans leur carapace
Ces pas de rochers qui s'isolent
Et meurent gravement en plein sol.



JE SUIS LA PÈLERINE BALAYETTE
Meseta le 15 juin 2008

Je suis la pèlerine balayette
Je ralentis mon pas, troublée
Par le baiser d'un papillon
Butineur ivre à mon front.

Inspirée par la muse, je pile
Et griffe sur les pages maculées
D'un joyeux carnet chiffonné
Un galimatias de vers étoilés.

Je suis la pèlerine balayette
C'est moi, qui, sans cesse, gamberge
Rêve et sourit, écrit trois mots
Et m'en repart au petit trot.

Je suis la pèlerine balayette
Celle qui papote et caquette
Avec les fleurs et les ruisseaux
Nourrit la terre, derrière en l'air
Gargouille rieuse et sans manière.

J'ai collecté, chemin faisant
Tant de chants quêtés aux passants
Que je balance sans façon
Dans un improbable jargon.

Je contemple l'immensité
Des montagnes de la Meseta
Seigles, blés, avoines craquants
Sous le plomb d'un soleil ardant
Puis je m'endors en ronronnant.


Je suis la pèlerine balayette
Je ramasse aussi les casquettes
Les pas perdus, les cœurs malades
Les gouttes de sueur fruitée
Où l'oiseau pourra s'abreuver.

Je suis la pèlerine balayette
C'est moi qui roule la moquette
Verdoyante de la prairie
Quand l'ultime marcheur a fui.

AU CŒUR DES ARBRES
Vaylats le 16 avril 2008.

Je vivais dans les arbres,
Mon corps, mes sens, mon cœur,
A les appeler, à les écouter, à les sentir,
A les étreindre éperdument,
Corps à corps, soudés
Dans un  tressaillement  tremblé
De  nos  ramures.

Chair lichen au tronc des fayards,
Ce flux de ciel à travers moi !
Je me dressais, tête de proue
D’un vert navire,
Et cette vague qui me chavire!

Vague de sève qui bat et roule
Sous la peau noire où se déroule
L'écorce.

Je marchais, à travers toi, arbre,
De l'une à l'autre branche,
En ce pays de feuilles vives 
Avec le ciel pour tout bagage
Et le vent pour porter mon chant.


Josuah REY, Mon Chemin de Compostelle, Poèmes, Verdurlure et Carabistouilles, éditions du Champ Moussu.
Ou Josuah REY, verdurlure@gmail.com, 44 Chemin de Chuguet, 74320 SEVRIER, France.
Tel : 04 50 52 41 92


Josuah REY



L'invitation à acheter le Recueil.


Josuah REY

Josuah REY

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: