mardi 20 août 2013

El Camino primitivo : étape 3, Salas - Tineo, un nouveau paysage.

El Camino primitivo : étape Salas - Tineo, ou l’étape du changement de paysages : de l’ordre de 20 kms.
Mardi 20 août 2013.
La journée commence par un café au bar Luciana. La patronne me remet en présent un sandwich au jambon et une banane : c’est le cadeau au peregrino ! Bien sympathique ! Il est alors 7h30 quand je fais les premiers pas de l’étape, le jour à peine levé ! Ma première rencontre sera avec un cheval, en bord de chemin, dans son pré.
Et puis mon regard se portera en hauteur vers ces ouvrages plantés à flancs de vallée et supportant l’autoroute entre Salas et la Espina, ainsi que vers ces ensembles d’éoliennes, élevés encore plus haut, et que je n’avais pas encore aperçu depuis Oviedo.
Le chemin, enfin de terre et de pierres, se développe le long de la rivière dans une forêt de chênes et châtaigniers mais en s’élevant toujours plus, laissant le cours d’eau de plus en plus bas. Les éoliennes jouent à cache-cache avec les nuages et le soleil ! Aujourd’hui le chemin est devenu beau, plus large, offrant plus d’espace visuel.
De très fortes rampes, l’arrivée sur la N634, un bout de chemin sur le goudron, et à nouveau la forêt. Et ainsi jusqu’au col de la Espina, sensiblement à 700m d’altitude, à l’issue d’un dénivelé de 500m sur les 9 .2 kms qui séparent la Espina de Salas ! Je marche déjà depuis plus de 2 heures.
J’ai rencontré 2 pèlerines dont une que j’avais aperçue dès la sortie d’Oviedo.
Tandis que la température s’était révélée propice à la marche, voici qu’un vent vif et frais apparaît ! De fait le décor change radicalement, l’horizon s’élargit : fini l’univers fermé dans la vallée, ouvert est l’horizon : « les prés bordés de murets de pierre », parmi les paysages de bocage.
Le cheminement, effectué jusqu’alors en Est vers Ouest s’infléchit vers le Sud-Ouest et Tinéo.
Il est 11 heures et tout en marchant je déguste le sandwich et contemple les montagnes au loin. L’air froid s’en est allé, il fait beau et chaud. Le chemin continue de grimper doucement mais régulièrement vers El Pedregal, 800m d’altitude.
Un oiseau vient se poser tout près devant moi, il se laisse prendre en photo. Les champs de maïs sont très présents. Les éoliennes continuent leur ballet.
Quatre pèlerins espagnols me rattrapent, dont un à VTT.
Et voici Tineo. Je demande mon chemin, mon interlocuteur, un homme de 74 ans, me conduit fort gentiment, vers la Pension Bar Tineo, où j’ai réservé. C’est l’occasion d’échanger… entre « jubilados » !
Il est 13h, 20 kms, 5h30 de randonnée, environ 600m de dénivelés. Et enfin quelques pèlerins… mais bien peu !

Le temps de la douche, de la lessive, …









Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: