mardi 14 mai 2013

Après Jean Christophe et Jean Pierre, voici … Axel !



L’un est médecin, écrivain, académicien, ancien ambassadeur. L’autre est homme politique, sénateur, ancien premier ministre du président Jacques CHIRAC.
Après Jean Christophe RUFIN (camino del Norte, mai-juin 2011) et Jean Pierre RAFFARIN (fin du camino francès en ce mois de mai 2013), voici un autre médecin, généticien, aujourd’hui, sur les chemins : Axel KAHN.
Axel KAHN est actuellement quelque part dans la trouée verte de la Meuse. Son intention : traverser la France entre les Ardennes et le Sud-Ouest. Invité «  en direct » de France Inter, dans l’émission Interactiv’, entre 8h40’ et 9h, le vendredi 10 mai, voici quelques propos que je crois avoir entendu de sa bouche :
« Le chemin, c’est son but. Le but c’est de prendre le chemin, c’est d’oser. Ce n’est pas là où il mène. Oser partir est plus important que là où l’on va….
… La première chose que je cherche, c’est un contact sans intermédiaire avec une beauté, la beauté de la nature. Il n’y pas pas d’humanité sans beauté. Or, la beauté a été un peu évincée des projets de société.
… Je suis un humaniste profondément. Si vraiment j’arrive à être transformé, j’ai l’intention de partager. Partager ce en quoi j’ai été transformé, modifié, par exemple par les réseaux sociaux (tweeter, billets, site internet…) Quand je marche, je suis seul, je refuse absolument d’être accompagné. En revanche, à l’arrivée des étapes, par les réseaux sociaux et les conférences que je donne en route, j’essaye de partager. »
Jean Christophe RUFIN était aussi l’invité de l’émission. J’en ai retenu quelques interventions :
«  Le chemin est une longue suite de lieux spirituels. On le sent très bien quand on marche. Les éthiopiens disent qu’il y a 2 sortes d’esprit : les esprits qui habitent les personnes et les esprits qui habitent les lieux. »
«  Le chemin, c’est une spiritualité post moderne. Chacun apporte sa spiritualité sur un chemin qui lui n’a pas changé mais accueille tout le monde. »
«  Je ne cherchais rien, je l’ai trouvé. Ce n’est pas le même rien. J’ai trouvé une sorte de rien intérieur qui m’a enrichi. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: