mardi 26 août 2014

El Camino primitivo 2014 : étape O Pedrouso - Compostelle: 20 kms,5h.

Lundi 25 août, départ 7h10. Les premiers pas se font  en forêt d'eucalyptus, il fait sombre, la frontale est utile en certains"carrefours", entre allées pédestres! Amenal, puis San Paio, et Lavacolla: le bruit des décollages à l'aéroport, tout proche, est dense! San Marcos et son immense camping! la TV galicienne et ses locaux!
Et puis le Monte do Gozo, mont où l'alpha et l'omega ne font plus qu'un, la boucle est bouclée, le Livre est lu! les doigts des divers chemins vers Compostelle se réunissent en un creuset, le coeur d'une coquille, le symbole de l'Amour fraternel!
Le reste se déroule dans le périurbain, puis l'urbain. Le pèlerin devient de plus en plus anonyme dans la ville qui, en ce lundi, a retrouvé ses codes de fonctionnement économique après le week end. L'immersion est brutale mais c'est ainsi!
Enfin, la Porte du Camino! Et puis, quelques fragments de la Cathédrale se dessinent...
A l'arrivée à la Cathédrale, l' accès à la Plaza de Oradorio est interdit aux "mochilas", raisons de sécurité obligent! Le Président espagnol et la Chancelière allemande s'entretiennent à l'hôtel des Rois Catholiques.
Je rentre donc dans la cathédrale, il est presque midi, la messe des pèlerins, ... mais je me retrouve "refoulé" car là aussi les "mochilas" sont interdits... C'est ainsi!
Alors, je vais vers mon hôtel, Las Hortas, en contournant la Cathédrale sur les conseils d'un policier!
Je reviendrai quelques instants plus tard, sans sac, place de la cathédrale. J'apercevrai même Madame Merkel et Monsieur Rajoy. Paradoxalement, je me retrouverai parmi quelques manifestants rappelant les liens de l'Espagne et de l'Allemagne pendant des heures sombres de l'histoire...Hitler, Franco...
Et puis,j'observerai ces étranges statues renvoyant à des postures "païennes" et exposées face à la Cathédrale, sur la Praza de Obradoiro...tandis que les travaux de réhabilitation de cette même Cathédrale se poursuivent, effectués par des garçons qui côtoient les sommets de la Cathédrale, sans témoigner d'un quelconque vertige!
Au cours de l'aprés midi, il ne fait pas très beau et même il pleut!
Vers 18h, je vais retirer ma Compostela, en faisant la queue, presque une heure! Je rencontre Nicolas, un lyonnais, il arrive du Puy: une "belle rencontre" pour reprendre ses mots!
En soirée un crachin, puis un brouillard tombe sur la ville et ses rues! Quelques coups de fil aux proches, quelques SMS, pour partager, et les rues sont vides de gris et de froid, chacun rejoint la chaleur espérée de son foyer ou hébergement!











Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: