jeudi 31 mai 2012

Les hirondelles de Belorado...


… les messagères du printemps…
… « L’endroit le plus remarquable de cette ville historique (Belorado) est la grande place à arcades, au-dessus de laquelle voltigent d’infatigables hirondelles… (Étape Redecilla del Camino – San Juan de Ortega, 14 octobre 2001)
Audrey FERRARO, « un amour de camino », www.publibook.com.

Je me souviens bien de ce bourg, mes pas m’y avaient conduit un dimanche de septembre, en début d’après-midi, le corps blessé par  diverses ampoules aux pieds, avec la vive envie de me reposer au plus tôt. Une fête locale battait son plein et tous les habitants étaient sur la « grande place à arcades », en ce dimanche ensoleillé.
Où étaient alors les hirondelles ?
A cette date, elles n’étaient pas encore parties pour l’Afrique afin de trouver les insectes qui disparaissent de nos contrées en  hiver. Elles ne s’étaient pas encore élancées pour une migration sur 6000 kms environ pour trouver les insectes de survie, au nord de l’Equateur, au Cameroun... Un vol migratoire qui  correspond à  environ 8 fois la distance entre Saint Jean Pied de Port et Compostelle. Huit « camino » en quelque sorte. Seize en comptant l’aller-retour.
Tout cela accompli par un oiseau d’une vingtaine de grammes de poids.
Les hirondelles de Belorado étaient surement là depuis Mai, venues chercher les insectes et venues pour se reproduire, « piaillant » et volant selon leur style si caractéristique, les ailes toujours en mouvement.
Ce dimanche après midi là, elles devaient attendre la fin des festivités, près de leurs progénitures, dans les nids…
De nombreux symboles ou légendes sont associés à cet oiseau. Je retiendrai volontiers la croyance selon laquelle l’hirondelle préserve de la foudre et porte bonheur à la maison qu’elle a choisie. Je retiendrai aussi la légende chinoise qui prétendait que les hirondelles disparaissaient à l’automne, au fonds de l’eau, pour y passer l’hiver. « Elles s’y transformaient en coquillages, puis redevenaient hirondelles, en accompagnant le mouvement ascendant du soleil. Elles incarnaient la fécondité et des légendes rapportent la fécondation merveilleuse de jeunes filles par l’ingestion d’œufs » (www.oiseaux.net)

Cet été, je retraverserai cette grande place à arcades et chercherai les hirondelles...

La grande place à arcades, en hiver ( portail internet de la ville)

La grande place à arcades, en hiver ( portail internet de la ville)





La grande place à arcades, au printemps ( portail internet de la ville)


Hirondelle de rivage, www.oiseaux.net


Hirondelle des rochers, www.oiseaux.net  


Hirondelle rustique, www.oiseaux.net 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: