mardi 10 juillet 2012

La canne et le bâton.


« Les réconforts contre la fatigue de la marche. »
«  La randonneuse s’enfonce dans la zone d’influence de l’orage. Pendant plus d’une demi-heure, elle lutte contre les intempéries, tombe, dérape ou se rattrape tantôt à une branche, tantôt à un buisson. Aveuglée par la pluie et effrayée par l’écho des coups de tonnerre sur les parois rocheuses, la pèlerine dévale le sentier à pic à travers la hêtraie, dans une terreur indicible. »

Audrey FERRARO, "Un amour de camino", www.publibook.com,


«  Tout ce que l’âme dit à la main, la main le dit à la canne et la canne le répète à la route. Je veux, je dois, je puis, je sais, je vais savoir, je me souviens, ça va, ça ne va pas, il est temps, tout est fini, tout cela s’écrit avec une canne. En avant ! »
Paul CLAUDEL
«  Quand on monte, le Bâton vous précède d’un degré, il prépare, il devance, il tâte le terrain. Il prend appui un peu plus haut que soi. Il fait conquête de la hauteur un peu plus vite que le corps qui le suit. Sa foulée a déjà dominé la marche que l’on monte, où il vous attire et vous tire. Si c’est en plaine, il va de sa grande cadence, d’un pas exactement double de l’humain, il balance avec ampleur l’avancée… »
Victor SEGALEN
Citations extraites du Guide spirituel des Chemins de Saint Jacques – Presses de la Renaissance.



Roncevaux

Roncevaux


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: