samedi 22 septembre 2012

L'alchimiste et la magie du monde, selon Patrick Burensteinas.


… «  Autant maintenant, on est coupé de la magie du monde, autant à l’époque°, il n’y avait que ça. Les gens qui venaient s’installer dans des milieux plus ou moins hostiles°, en sachant qu’ils devraient manger, dormir, se protéger, étaient face à une nature qu’ils ne comprenaient pas. Donc, ils ont utilisé des intercesseurs, les Dieux, les lieux, les forces de la nature.
Aujourd’hui on comprend tout, on s’est coupé de tout cela. Mais comme eux ne comprenaient rien, jamais il n’y a eu un peuple si proche de leurs Dieux. Donc, on ne peut pas imaginer que le pèlerinage s’arrête à Saint Jacques : les véritables cathédrales sont là, à ciel ouvert, avec les véritables colonnes, autour de nous, la musique de la nature qu’on attend, qu’on écoute. On convie la terre, l’air, l’eau, le feu, toutes les forces de la nature, tous les animaux, ce qui est en haut, ce qui est en bas. On a la sensation de pouvoir discuter avec les éléments et non pas les subir. »

Paroles extraites du film : « Le voyage alchimique », Patrick Burensteinas, Georges Combes, PGA films.
°Patrick Burensteinas parle de la Galice et plus précisément de Finisterre en faisant référence aux croyances et connaissances des hommes du néolithique, puis des Celtes, 500 ans avant notre ère.

Lever de soleil

Les lumières du soir à Fisterra ( côté Est)

Une plage à Fisterra, un croissant, une anse.

Les bateaux de pèche à cap Fisterra, après le coucher du soleil.


Le blanc et le noir, dame La Lune.

Coucher de soleil à Fisterra.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: