jeudi 6 septembre 2012

Le Livre° d'Audrey Ferraro, "un amour de camino"!


Aujourd'hui jeudi 6 septembre, le cheminant a tenu à accueillir à Fisterra, prés du monument dédié à tous les Galliciens qui ont "exporté" leur volonté de construction à l'étranger, deux amis, dont il a fait connaissance sur le Chemin et avec qui il a beaucoup échangé.
Il a déjeuné avec eux et s'est retiré pour leur permettre de vivre leur dernière soirée ensemble, auprés du soleil couchant, prés du phare de Fisterra!
Il est alors temps pour le cheminant de mettre de l'ordre dans son sac pour préparer le retour dans la vie profane!
En une trentaine de jours, le cheminant a paradoxalement accumulé de nombreuses traces de souvenir dans son sac!
Souvenirs parfois futiles, mais souvenirs!
Ses mains ordonnent le rangement! Et elles s'attardent sur le livre qui a accompagné le cheminant sur le Camino! un livre écrit par une jeune femme ô combien plus jeune que lui! ses doigts feuillettent les pages. Elles sont souvent raturées, "taguées", annotées, au crayon, au feutre, au stylo! Le livre a souffert au cours du voyage, sali par la poussière du Chemin! Pourtant, il a été ouvert chaque soir pour approfondir un sujet ou mieux analyser la relation qui nouait les deux protagonistes du livre! C'est toujours avec la même envie, avec le même plaisir, que les mains du cheminant "tordaient" les pages du livre!
Alors pourquoi ce livre, et pas un autre! de fait, ce livre est une quête exprimée par un être jeune! et surement que tous les enseignements du chemin viendront nourrir le quotidien de cet être!
Si l'on en croit les statistiques, ce sont des "vieux" qui sont majoritaires sur le Camino! Alors quand un être jeune le fait et l'analyse, fut ce à travers un roman, avec un regard porté par la jeunesse et la beauté ou la force des corps, comment être insensible!
Le cheminant a découvert le Camino trop tard! certes son regard est plus proche du vieux Galicien, être de sagesse, que de l'être insouciant, à cent mille lieues de quelques inquiétudes spirituelles.
Alors, l'écrit, le livre, devient le témoin, le support, un guide parfois!
Les yeux du cheminant cherchent les mots, les passages qui rendent le mieux compte des préoccupations ou des sentiments qui l'animent, au moment  où il essaye de qualifier sa pensée! Le livre vient l'aider, susciter, initier!
Les doigts ouvrent les pages, les tournent et retournent! le crayon encadre les mots clés! le feutre colorie les passages riches de sens! divers auto collants marquent les chapitres jugés essentiels ( Puente La Reina - Estella, lundi 8 octobre 2001, Burgos, mardi 16 octobre, La Cruz de Ferro, 27 octobre, O Cebreiro, 31 octobre, l'épisode du châtaignier, en sortie de Sarria, vendredi 2 novembre, le vieux chêne creux et le calvaire,dimanche 4 novembre,Saint Jacques de Compostelle, mercredi 7 novembre, l'Epilogue, non daté).
Ce livre, ce roman est un signe de plus sur le Chemin! A l'image de tous les autres signes, il convient de le déchiffrer pour mieux dénouer les diverses composantes qui l'animent! Et ces composantes se renouvellent à chaque lecture!
Le livre devient compagnon de voyage, le cheminant n'hésite pas à en parler lors de ses recontres chaque fois qu'un lien aisé peut être établi entre une situation vécue et le contenu du roman!
Avec les pas, la couverture se noircit! les tâches salissent l'ouvrage! Certes, mais le livre porte la trace de la poussière du chemin! Le livre reste VRAI!
Le livre alimente, enrichit la réflexion! Parfois aussi, il participe du vide, du vague qui peut animer le cheminant.
Ce dernier avait emporté d'autres ouvrages! mais il ne leur a pas prété autant d'attention! Peut être sont ils trop "adultes"! même si l'héroine du roman "un amour de camino" témoigne d'une maturité affirmée malgré son jeune âge!
C'est ainsi!
Les mots de Nikos Kazantzakis, proposés en exergue du livre, "Je n'espère rien, Je ne crains rien, Je suis libre" avaient frappé le cheminant! voire un peu choqué! heureusement, l'héroine du roman, Ester, témoigne de ses espoirs, de ses craintes et de sa liberté... au service d'un amour avec Frank...
Et puis ce livre sent l'influence de Paulo Coelho, l'alchimiste de l'écrit. Les références à Foncebadon, à l'épisode du chien, au vieux Galicien, ... traduisent l'influence de l'auteur sur Audrey Ferraro!
Alors ce carnet de vie, entre le 2 octobre  et le 8 novembre 2001, est devenu compagnon de voyage sur le chemin...
Il continuera d'avoir une place particulière lorsque le cheminant aura retrouvé sa vie de citadin...
Les goélands ou mouettes du port de Fisterra continueront leur vie paisible, le soleil libèrera toujours le même espoir de renaissance et ... sur les plages la mer renverra sur le sable les réponses des esprits aux messages adréssés par les vivants à leurs morts!

° "Un amour de camino", Audrey FERRARO, www.publibook.com







1 commentaire:

  1. Bonsoir Pierre,
    Que je vous envie... Fisterra !
    Je suis très touchée par le sort que vous avez réservé à mon roman "Un amour de Camino". L'histoire d'Ester et Frank a vécu une nouvelle fois sur les sentes espagnoles, à l'allure de vos pas de pèlerin...
    Bientôt de retour dans le tourbillon de la vie citadine... Préservez la magie du Chemin ainsi que les grains de poussières du camino qui se sont immiscés entre les pages de votre exemplaire... en les feuilletant de temps à autre, vous serez de nouveau en Espagne... Bien à vous et merci encore ! Audrey Ferraro

    RépondreSupprimer

Vos observations: