jeudi 13 septembre 2012

Les lumières de bronze de BURGOS



… Ils sont deux troubadours, un enfant, un adulte,
...  Ils sont joueurs de flûte ou de tambour, 
… Ils sont un couple de personnes âgées, assis sur un banc, et dont le regard est lumière et les mains chaleur,
… Ils sont un homme et un enfant, nus, main dans la main, porteurs de l’amour de l’humanité,
… Il est forgeron, agent de circulation, adulte adossé à une colonne et lisant un journal,
… Elle est belle jeune femme sous la pluie, protégée par un parapluie,
… Elle est vieille dame et chauffe les marrons de l’hiver,
… Il est pèlerin, au repos, sur un banc devant la Cathédrale, « dépossédé de toutes ses possessions », porteur de la seule coquille et du bourdon,
… Il est aussi pèlerin, mais sur le chemin, et  soignant ses pieds,
… Tous, toutes, sont statues de bronze dans les rues de BURGOS,
… Statues figées mais dont la faculté d’incarner la vie est sans égale,

… Ils ont les bourdons, calebasses et besaces, du 21ème siécle,
… Ils ont les maillots multicolores de la vie,
… Ils ont déjà leur place dans l’albergue ou attendent leur tour,
… Ils ont échangé leurs chaussures de randonnées contre des sandales légères,
… Ils vont se défaire du poids de leur sac,
… Ils sont les « peregrinos » de l’Albergue municipal de BURGOS, la Casa del Cubo.
… Ils cheminent dans la ville et croisent les statues,
… Ils les contemplent, et s’attardent un peu,
… Ils découvrent l’Autre !
… l’Autre, leur semblable…
… Désormais, ils construiront leur discours en se nourrissant de ces regards !

… Ainsi, sur la place de l’Obradoiro, à Santiago, ils porteront en eux un rayon de lumière de chacune de ces statues de bronze!





























Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: