samedi 1 septembre 2012

Mignonne, allons voir si la rose, entre Arzua et Rua ...


Etape Arzua - Rua: 20 kms, 4h

... 8h, les cloches sonnent, la lune, la rosée dans les prés,le bruit des animaux dans les fermes, les troupeaux qui se réveillent, les pèlerins sur le chemin...
Et toujours les eucalyptus...
... Les coqs, les moineaux picorent le sol, tiens une voiture R4L...
... les chènes, les pins, les eucalyptus, le lierre sur les pins, les champs de maîs,le soleil, les ombres, le sentier, les parfums, les oiseaux, les pèlerins...
.. les limaces, le bol fécal des troupeaux sur les pas du cheminant...
... des pigeons, des corneilles dans les prés, à la conquête de leur nourriture!
... le chemin est un labo! laboratoire d'expérimentation, culturel, religieux , spirituel, initiatique, moral, philosophique!... ou autre!
.. le chemin se perméabilise, et plus il s'approche du but, plus il se pénètre de l'autre Vie, la vie du commun des chacuns! Travaux de réparation d'un toit ici! fauchage là! des hommes préparant une "gachée" de ciment, sous le regard du grand père, donneur de conseil, tandis que le petit fils ( 15 à 18 ans?) tourne la pelle et mélange sable et ciment! Les tracteurs dans les champs! en ce samedi 01/09/2012. La vie est là et les mots sacrés du Camino perdent leur force! Les regards des uns vers les autres deviennent indifférents, le chemin se dilue... La vie profane va bientôt reprendre son ascendant!
... Tiens des mimosas, et toujours du maîs...
Rua, 12H!

Mignonne

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au votre pareil.
Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las, las ses beautés laissé choir !
O vraiment marâtre Nature,
Puisqu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !
Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vôtre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur, la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

" Odes ", I, 17
Ronsard (1524, Vendômois), XVIème

























Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: