mercredi 21 septembre 2011

Etape O CEBREIRO-TRIACASTELA:

Etape O CEBREIRO-TRIACASTELA:
Etape O CEBREIRO - TRIACASTELA: 21 kms, 5H45, temps doux, puis chaud, mercredi 21 septembre....
... je pensais qu'il ferait froid, j'attends 6H45 pour me lancer. En fait il fait doux, je suis trop couvert.
... le ciel est clair, empli d'étoiles: je cherche ORION et son Bourdon, en vain...
...8H20, une demi heure de marche, l'impression d'être quasiment seul, et pourtant je sais qu'il y a une multitude de pèlerins qui vont faire l'étape...
...la coquille, une main qui peut contenir de l'eau et entretenir, donner la vie, purifier, mais aussi un ensemble de nervures ou doigts qui se réunissent en un seul lieu, le coeur. Les divers chemins du monde se concilient en un lieu, le coeur... un univers d'accueil des différences...
... La Galice, c'est le Pays Basque... trés agricole, une végétation trés verte, beaucoup de troupeaux....
... La main, volonté d'accueil, de création pour aider ou être aidé, volonté de lien, porter la coquille c'est se référer à ces dimensions  et pour ce qui y croient se remettre entre les mains de la providence...
... j'aime prendre en photos les coquilles le long du chemin, elles portent toujours une différence....
... en allant vers le couchant, occident, je sais que mes pas me guident vers le champs des morts, mort de l'apôtre, mort du soleil sur l'océan. Je sais aussi que mon guide blanc m'apportera la lumière nécéssaire à mes pas. Je sais aussi qu'au levant, le soleil renaîtra... Mort et renaissance...le chemin me l'a enseigné...
... question: les coquilles ont elles toutes le même nombre de nervures?...leur représentation diffère suivant les régions, et parfois la coquille est assimilée à un pas ancré dans le sol qui définit la trace...
... le chemin a un côté irréel, mais il a une dimension sacrée et porte une opportunité de questionnements que ne propose pas suffisament le chemin profane qui nous anime chaque jour, dans notre quotidien...
... les traces de pas rassurent, elles guident, elles suscitent...
... les villages traversés sont des noeuds de vie, qui redonnent énergie et rendent compte des forces de vie présentes le long du chemin. Ce sont des témoins et aussi des acteurs...Le camino, c'est aussi cet immense regard porté vers le travail de ces hommes ou femmes le long du chemin... Le camino, c'est témoigner de leur travail...de leur vie, de leurs moeurs...
... Le camino rend muet, et favorise le silence, la plus forte des paroles...
... le temps passe, le mont San Roque, Hospital de la Condesa, Alto de Polo, 1337m, Fonfria, Biduedo, Filloval,As Pasantes, Triacastela, 665m...
... il est 12H 45...
...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: