samedi 17 septembre 2011

Entre Hospital de Orbego, Astorga,et Santa Catalina de Somoza: l'étape des 150 ballons dans le ciel.

Etape Hospital de Orbego - Astorga - Santa Catalina de Somoza: 25.3 kms, 6H30, orage , puis beau temps...
... vendredi 16 septermbre 2011, Frédérique et Cédric se marient. Frédérique est la fille de Christine et Edmond, amis suisses de ma femme, avant que je ne la connaisse, ils m'ont accepté pour amis depuis...
... je n'ai pas oublié le mariage de Judith et Arnaud, le mariage du fils ou de la fille est un moment privilégié de joie qui valorise immensément les parents. Ils sont les garants, les référents, les "passeurs de témoins"... et ce jour là, c'est aussi leur fête, ils portent un orgueil de joie et de transmission...
... ce jour là, ils observent chez leur enfant le début d'un nouveau cheminement...ils observent aussi chez eux une forme d'accomplissemement...
... même si cela ne veut pas dire grand chose, j'ai dédié mes pas de ce jour à leur union, et demain au sommet de la cruz de ferro, en déposant la pierre de mon petit fils, je ferai un voeu pour qu'ils s'épanouissent dans l'harmonie, le respect, et évidemment l'amour...
... aujourd'hui du côté de Chouilly ou Satigny, 150 ballons se sont envolés dans le ciel...
... ce furent des pas mouillés d'abord, liés à un orage du matin, puis des pas réchauffés par la réapparition du soleil...Astorga fut atteint vers 9H, mais mon objectif était d'aller au delà...Astorga est une ville magnifique!...qui gagnerait à être visitée...
... ce matin , j'ai également beaucoup pensé à mon père, à sa souffrance entre Avril et juillet 1981...je le voyais, je l'entendais, je l'écoutais ( il est resté lucide trés longtemps) je lui parlais, je lui touchais la main, je l'embrassais...je me souviens que mon frère avait contacté le prêtre de Gradignan pour qu'il lui donne les derniers sacrements... je crois qu'il avait refusé, renvoyant vers un autre prêtre ...
... nous sommes allés auprés de lui tous les jours à la clinique, en espérant qu'il puisse retrouver son logis... il y croyait, mais Dieu en a décidé autrement, l'obligeant à la souffrance... pourquoi?
...hier soir  j'ai diné avec des Français de La Réunion: pour eux, la force du camino tient à ce qu'il est un mythe, une immense opportunité de rencontres des visages du monde, et un lieu où l'on sait que tous les soirs, le pèlerin est attendu par un hospitalier dans une albergue... un lieu où l'hospitalité est concrète et garantie...
... le camino est aussi patience, persévérance, attente...mais c'est vrai que c'est un des rares endroits ou se cotoient tant de visages différents porteurs de si nombreux pays...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: