jeudi 23 août 2012

Etape Santa Catalina de Somoza - Acebo, par la Cruz del Ferro!


Etape Santa Catalina de Somoza - Acebo: 28 kms, 7h.
... L'étape de la Cruz del Ferro.

Elle mérite un départ tôt. Ou plutôt elle exige ou oblige.
5h45, départ, air frais vivifiant, les grillons, la voute étoilée, "les pieds sur terre, la tête dans les étoiles". Une heure passe. .Et le jour se dévoile, les formes prennent vie et deviennent précises, El Ganso est traversé.
Un chemin qui borde la route, avec des pins à sa droite,et  une sorte de garrigue, à gauche, de l'autre coté de la route. En face, las Montes de Leon! A gauche, d'autres montagnes, des éoliennes, des pignes au sol...
Le sentier devient caillouteux et plein de racines d'arbres: attention aux entorses, foulures et autres blessures. Les chênes s'invitent, et tandis que le chemin s'immisce dans la forêt, l'air devient plus chaud et protecteur. Il n'est pas 8h, les premiers SMS d'encouragement sont arrivés, toujours porteurs d'énergie nouvelle et attendue!
Un grillage définit les limites de la forét et tout au long des branches de vieux bois mort  ont servi à former des croix glissées dans le grillage: mort et renaissance!
Tiens, des genets avant d'arriver à Rabanal del Camino.. 8h15, Rabanal. La traversée est tout en forte rampe et oblige à un effort soutenu.
Les bruyeres, les genets, les chênes...les fougères, les chardons, les jeunes pins, retour des chênes.
Une zone trés pierreuse puis "ardoisière", une séquence "papillons", et voilà Foncebadon, vieux village, où la taverna de Gaia est toujours présente. Il est 9h30.
En sortie un troupeau de vaches.
Le profil monte, les bruyères, les genets, le soleil qui transfère mon ombre à mes cotés, papillons jaunes, papillons blancs.
Enfin, une zone plane pour récupérer.
La Cruz de Ferro se dessine. Le cheminant se presse car le brouillard monte et il veut pouvoir prendre des photos en souvenir, avant qu'il n'atteigne le sommet.
Le cheminant se souvient que l'an dernier, il avait déposé une pierre fournie par son petit fils Thomas, la piedra de Thomas! Qu'est elle devenue dans cet amas de pierres! Peu importe, le symbole reste!
Le symbole apparaît lorsque l'apparence reflète une réalité cachée! Chacun peut observer la réalité et rester sur le champ de "l'apparence"! Mais chacun peut chercher à aller au delà! Au fonds, c'est la question du Sens! Et donc, derrière la Cruz de Ferro, que se cache t-il? Le cheminant dépose la piedra de Thomas! Que dit il? il dit l'amour à l'enfant! il dit le sens de la transmission! il dit son amour à son petit fils et à travers lui à ses enfants, ses autres petits enfants, les enfants de sa femme, et ceux qu'il a cotoyé et qui l'ont oublié.
Pourquoi dit il? pour exprimer un message!
A t-il insuffisamment dit?
Le temps passe, le miroir renvoie une image vieillie.
Alors, vieillir, c'est DIRE!
C'est DIRE aussi que la main qui touche le mât porteur de la croix de Fer s'approprie le message de celui qui est CROIX! le message du Grand Initié!
Le Grand initié, un homme dont les faits et gestes animent le "Nouveau testament" dans la Bible, ce texte qui n'est rien d'autre qu'une "musique" ou un "chant sacré" appartenant à tous et n'étant surtout pas la propriété de ceux qui la revendiquent, en n'exprimant que l'idée qu'ils se font de DIEU! leur idée, leur seule idée!
Le brouillard s'installe, la petite chapelle est fermée.
..." Quand Ester arrive au but, Frank la prend par la main et la mène à l'intèrieur de la chapelle édidiée prés de la croix, en 1982. Les yeux humides, il allume une bougie sur le petit autel consacré à Saint Jacques...."
Audrey Ferraro, "un amour de camino", www.publibook.com

Quelques pèlerins se restaurent, les sourires s'échangent gratuitement car naturellement!
Le chemin reprend bordé par des rondins, des bancs régulièrement espacés permettant un repos. Le chemin est plus facile, en légère descente. Les pins, les genéts, le brouillard...
Manjarin, un homme prie la Vierge en récitant des prières reprises par des pèlerins!
Le chemin, le brouillard, l'absence de visibilité, la présence de troupeaux de vaches au bord du chemin!
El collado de las Antenas, le point le plus haut du jour! 1515m.
Et la folle descente vers Acebo, 5500 m à 6.5%. Une descente "sportive" propice aux chutes ou entorses! Le chemin est pierreux!
12h30, le village, Acebo!











Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: