dimanche 19 août 2012

Etape Bercianos del real camino - Mansilla de las Mulas. "Regarde bien petit"



Etape Bercianos del real camino - Mansilla de las Mulas, 27 kms.

Par peur de la chaleur et de la distance, le cheminant choisit de partir tôt de Bercianos pour rejoindre Mansilla de las Mulas, 27 kms plus loin! Il quitte Bercianos à 5h45, il fait nuit, la température est douce, le tee shirt suffit pour recouvrir le corps! les lumières du village empèchent de contempler le ciel ou plutôt les étoiles! En sortie du village, la frontale devient obligatoire! des aboiements de chien, des bruits de clochettes, un coq, des  grillons, les nuisances des voitures au loin dont le son parvient à sa hauteur, un avion, des lumières au loin, les étoiles! Encore un chien dans la nuit, une voix d'homme pour le rassurer! Frisson du cheminant puis apaisement! du chien et ... du cheminant!
Le chant de canards (?), le chemin qui se rapproche de la route, les phares de voitures se font plus visibles! Bruit d'eau, le chemin longe t-il un ruisseau, un arroyo? Curieusement, le cheminant a l'impression que certains arbres plantés le long du chemin pour protéger les pèlerins du soleil ont été arrosés, des filets d'eau sont observables au sol! Le chemin se retrécit à deux sentes séparées par une sorte de terre plein occupé par des plantes de hauteur assez haute, les jambes nues "se piquent " régulièrement à leur contact!
Au bout d'une heure la luminosité permet de se séparer de la frontale: le blanc ou gris du chemin libère le tracé à suivre! Et le chemin se rapproche de la voie autoroutière! Et le cheminant est surpris par la vitesse pratiquée par ces boules de feu, ces foudres roulantes, que l'on nomme voitures.A -t-il le même comportement?
Et le ciel se dévoile peu à peu, mais il n'est pas uni: de nombreux nuages portent le désarroi du matin! Et pourtant il fait bon!
Tiens, il est 7h45, voici El Burgo Ranero, l'eglise, les pigeonniers au sommet,les hirondelles, des torchis, un ruisseau! Le cimetière au bord du chemin! Le ciel semble se dégager, le front nord dévoile des montagnes au loin.
De nombreux arroyos, un aérodrome sans avions, celui de Villamarco,des plantations d'arbres ( peupliers? platanes? ou autres?).
Une exposition de matèriel agricole! Peu de pèlerins, la chaîne est trés longue en ce jour, les maillons sont éloignés les uns des autres! Des stèles de souvenir renvoyant à des pèlerins morts sur le chemin!
Depuis El Burgo, c'est le "rien": le chemin est collé à la route, peu de véhicules, mais par contre les cyclistes du camino et le prochain village Reliegos est à 13 kms. C'est assez désolant!
Le cheminant pense à la chanson de Brel, "Regarde bien petit":
Rearde bien petit, regarde bien, sur la plaine là bas, à hauteur des roseaaux entre ciel et moulins, il y a un homme qui vient.... Regarde bien petit, regarde bien... mais ce n'est que le vent qui gonfle un peu le sable et forme des mirages pour nous passer le temps! Regarde bien petit, regarde bien , ...il y a un homme qui part, que nous ne saurons pas, tu peux ranger les armes, sèche tes larmes!
Le chemin longe la route, la voie ferrée vient se coller à l'ensemble: le cheminant pense aux pèlerins rentrant de Santiago et apercevant par les vitres ceux ou celles qui vont sur leur pas!
Les bancs, les aires de repos ou areas de descanso, permettent des pauses bénéfiques.
Et voici Reliegos à 10h15. "... petit village à l'architecture populaire léonaise, dissimulé dans un lieu tranquille et reculé au milieu de champs cultivés. Point de jonction de trois chaussées romaines, il s'est niché dans une meseta légèrement élevée respectant la vallée fertile par laquelle se faufile le fleuve Esla" ( Audrey Ferraro, "un amour de camino", éditions www.publibook.com.)
A la sortie de Reliegos, le cheminant retrouve Thomas, ce garçon espagnol qui profite de ses vacances pour effectuer tous les ans 200 kms sur le camino. Parti en 2010 depuis Saint Jean Pied de Port, cette année il s'arrètera à Ponferrada et terminera l'an prochain. Son épouse le suit en voiture. Les aprés midi sont au service du tourisme et les soirées, du plaisir.
Le temps s'écoule vite, un troupeau de moutons broute les herbes à l'entrée de Mansilla de las Mulas: une fanfare nous accueille.
Thomas continue son étape, le cheminant que je suis s'arrête: 11h 25, les 27 kms sont effectués!

El Burgo Ranero

El Burgo Ranero


Le lever du soleil ce 19/08/2012


Les torchis de la Meseta

Paysage du jour

Un troupeau à l'entrée de Mansilla


L'accueil dans la rue du camino

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: