vendredi 31 août 2012

La musique du vent et des eucalyptus, entre Palas de Rei et Arzua.



Etape Palas de Rei - Arzua: 29kms, 7h10
" Bientôt, ils ( Frank et Ester) tourneront le dos aux prés, aux brebis, aux lits superposés, à l'ombre bienfaitrice....aux ampoules, aux pierres,...Ils se rappelleront certainement de la poussière, du soleil et de la pluie...
Mais ils ne pourront jamais expliquer la force obscure qui les a poussés un jour à fouler et à apprécier les sentes du Chemin aux étoiles. Ils ont rencontré des pèlerins de tous âges et aux motivations diverses.
Certains jeunes viennent faire le point avant de se lancer dans une activité professionnelle. Intuitivement ils assimilent cette expérience à un rite initiatique pour passer du monde de l'enfance avec ses rêves, ses contes et ses légendes à celui de la vie adulte: il constitue une sorte de pont permanent entre les deux, en apportant un ensemble de valeurs pour leur vie future.
D'autres sont poussés par la foi ou veulent fuir un monde qu'ils ne veulent pas.
Pour les plus âgés, le Chemin est l'occasion d'expier tout ce qui a souillé leur idéal, de réaliser leur promesse de le parcourir ou de l'accomplir en remerciement d'un voeu réalisé.
Mais pour tous, cette aventure espérée est une manière de se remettre en question et de dépasser ses limites...."
Audrey Ferraro, "un amour de camino", www.publibook.com, page 262 et 263.

" D'étape en étape, ce fut une épreuve d'endurance à la fois physique, mentale et spirituelle. La marche journalière l'a fait entrer dans la vérité du chemin, en lui apprenant le dénuement et la sobriété. Le camino l'a plongée dans une aventure spirituelle dont elle ne mesure pas encore tous les effets... Ce retour sur soi, ce cheminement dans l'étonnement et la persévérance resteront gravés à jamais...."
Audrey Ferraro, "un amour de camino", www.publibook.com, page 255.

Le cheminant gardait un mauvais souvenir de cette étape qui de fait est beaucoup plus difficile que les guides ne l'annoncent.Non seulement, elle est assez longue, 29 kms mais surtout elle offre un relief vallonné et accidenté qui se traduit par prés de 600m de dénivelées positives ( les seules rampes).
Il est bientôt 7h lorsque les premiers pas se font dans Palas de Rei. Le vent qui a fouetté la ville dans la nuit continue son office et la veste est bien appréciée! il fait encore nuit! le chemin se glisse dans une forét de chênes. Avec l'arrivée du jour, ce sont les "silos sur pilotis appelés horreos" qui se dressent le long du chemin. " Perchés sur des piliers de bois ou de ciment, ces greniers à grains de forme rectangulaire préservent le maîs de l'humidité ainsi que des rongeurs, en étant posés sur de grandes dalles de pierre débordantes pour empécher ces derniers d'y grimper." ( Audrey Ferraro).
Avec le vent, les feuilles des arbres, notamment les eucalyptus, frissonnent et entament une musique. L'ombre du mouvements des feuilles anime le chemin. Les ombres jouent aussi avec les pas du cheminant.
Eoliennes, bruyères, aiguilles de pins sur le chemin, maîs, haricots verts, choux, arbres fruitiers... bref, le chemin, cette cure de nature...
Leboreiro, le petit village  dont le Christ sur la Croix de l'église a l'une de ses mains en dehors du crucifix. " Un habitant du village se rapproche d'eux et leur explique que cette représentation particulière représente la transition entre la terre et le ciel".
Entrée de Mélide, le polygone industrial, de nombreuses références à l'ordre de Santiago...
Le chemin protège et expose à la fois.Il expose car il oblige à un travail sur soi qui renvoie à notre action en vie profane. Mais il protège aussi en ce sens qu'avec les jours successifs de marche, il entraine dans un univers clos de fraternité et d'attention, de règles propres basées sur le lien et le respect. Bref des éléments positifs, d'amour.D'ailleurs, par les flèches jaunes, le pèlerin n'est il pas pris en charge et cet indicateur n'est il pas le GPS du peregrino?Il ne faut donc pas tout attendre du chemin. Il ouvre des pistes, des hypothèses. Mais ce n'est que le chemin! Il convient si possible de garder sa lucidité.
Le chemin gratifie, valorise en effaçant les barrières sociales et en plaçant tous les pèlerins au même rang! C'est une force du chemin!
11h, Melide, traversée bien longue.
Le vent, les eucalyptus, la musique des feuilles...
Les montées et descentes se succèdent, des pourcentages élevés...une étape faite de bosses et de descentes... Arzua, 14h10.













Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos observations: